Ménopausée et mère porteuse, elle souffre d’une forte dépression post-partum

Publié le 23 Avr, 2021

Une Américaine de 52 ans souffre d’une « forte anxiété post-partum » et d’une dépression après une césarienne d’urgence « traumatisante ». Julie Loving a servi de mère porteuse à sa fille Breanna Lockwood et son gendre Aaron. A 52 ans, la femme était en excellente santé mais déjà ménopausée. Le 2 novembre dernier, elle a donné naissance à sa première petite-fille, Juliette Briar, fille biologique de Breanna et Aaron.

« Bien que le couple ait été ravi sur le moment, dans les semaines qui ont suivi, Julie a eu du mal à faire face à la situation, et Breanna admet que tout ‘n’a pas été que du vent’ ». Julie attendait l’accouchement « avec impatience », mais celui-ci ne s’est pas déroulé comme prévu. Il s’est terminé avec une césarienne d’urgence, dont la mère porteuse peine à se remettre, physiquement et psychologiquement. Elle a « souffert pendant plusieurs semaines » après la naissance, raconte Breanna, qui avoue que cela a finalement été « très dur » pour sa mère. « L’anxiété s’intensifiait la nuit, elle pleurait et avait peur, elle ne pouvait pas l’expliquer. Des nausées très fortes suivies d’une anxiété et d’une peur accrues de vomir et d’utiliser les muscles de l’estomac » se souvient Breanna. « Bien sûr, nous sommes reconnaissants et le but ultime est d’avoir un bébé en bonne santé. Mais le traumatisme de l’accouchement peut certainement jouer un rôle »  poursuit-elle.

« Avec un mélange d’hormones et le traumatisme d’un accouchement inattendu, Julie s’est sentie ‘triste’ et a passé des nuits entières à pleurer et à avoir peur ». La chute d’hormones a été beaucoup plus importante que lors d’une grossesse normale, car après l’accouchement celles-ci sont redescendues aux taux très bas d’une femme ménopausée. « C’est une chose à laquelle nous n’étions pas préparés, et je pense que personne n’y a vraiment pensé avant que cela ne se produise » explique Breanna. Julie, qui avait déjà porté ses deux enfants « n’avait jamais connu cela auparavant ». « Pendant un certain temps, elle n’a pas voulu parler de son expérience de la naissance ». Ses symptômes ont été très forts pendant quatre semaines. Elle commence à aller « mieux » maintenant.

 

Source : Daily Mail, Carly Stern (21/04/2021) – Photo : Pixabay\DR

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Changement de genre chez les mineurs : un juge fédéral annule la loi de l'Etat de Floride
/ Genre

Changement de genre chez les mineurs : un juge fédéral annule la loi de l’Etat de Floride

Un juge fédéral américain a annulé et qualifié d’inconstitutionnelle une loi de Floride qui interdisait les traitements de genre sur ...
Avortement et genre : le Paraguay opposé aux suggestions de l’ONU
/ Genre, IVG-IMG

Avortement et genre : le Paraguay opposé aux suggestions de l’ONU

Le 7 juin, le ministre paraguayen de l’enfance et de l’adolescence, n’a pas répondu favorablement aux recommandations des Nations Unis ...
Drépanocytose : une enquête révèle des cas de stérilisation forcée
/ IVG-IMG

Drépanocytose : une enquête révèle des cas de stérilisation forcée

Une récente enquête de Stat, « Coercive Care », a révélé que des femmes atteintes de drépanocytose avaient subi des pressions pour ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres