Master-class Science et éthique Jérôme Lejeune : Savoir, compétences et humilité

Publié le 6 Juil, 2021

A l’occasion de l’ouverture des inscriptions pour participer à la prochaine Master-class Jérôme Lejeune, une formation d’expertise pour les étudiants en médecine et les métiers du soin, la parole est donnée à l’un de ses enseignants : le Pr Emmanuel Sapin, professeur de médecine, chef du service de chirurgie pédiatrique et néonatale au CHU de Dijon et spécialiste de chirurgie fœtale.

 

La Master-class vous semble-t-elle une formation nécessaire dans le parcours des étudiants en médecine ?

Les études médicales, si elles apportent un enseignement théorique et développent un esprit scientifique, ne laissent pas beaucoup de part à la réflexion, à l’humain. L’enseignement de bioéthique proposé comme certificat optionnel à la Faculté, est d’avantage une présentation, une défense des Lois, sans esprit critique. La valeur intrinsèque de l’être humain, la notion de sens, sont évacuées pour ne laisser de place qu’à des réponses techniques, suscitées par l’émotion. La Master-class a pour but de redonner le véritable esprit scientifique qui est de chercher la cause pour y remédier. Cette démarche va à contre-courant de l’attitude action-réaction qui est une dérive.

Que souhaitez-vous transmettre dans votre cours ?

Mon enseignement est le témoignage d’un homme de terrain qui essaie d’être compétent, ouvert et participant aux progrès scientifiques, guidé par la réflexion en vérité avant l’action, l’esprit de service et le respect de la personne. Peut-on faire (éthiquement) ce qu’on peut faire (techniquement) ? La personne doit rester au centre de notre action. Il existe une vérité sur l’homme. Il est essentiel de partir de la loi naturelle. Mais il serait inconvenant, de plaquer un discours préétabli, surtout dans les situations dramatiques et de grandes détresses que vivent certaines personnes. Une écoute personnalisée est une attention en vérité – vérité sur leur vécu, la part de joies et de drames, celle du ressenti de la situation actuelle, et vérité sur la gravité des réponses proposées. Il faut beaucoup de force et d’amour pour une vraie écoute qui ne juge pas mais dit les choses. Ce n’est qu’à ce prix que la personne pourra trouver du sens à ce qu’elle vit, de la force pour ne pas être anéantie.

Je souhaiterais que les étudiants puissent se dire : une médecine humaine qui respecte la personne est possible. Ainsi, chacun à sa place aura le courage d’entrainer les autres dans cette démarche. Je peux témoigner qu’un tel mode d’exercice est épanouissant, et contribue à une relation de confiance qui aide les patients et leur famille à surmonter l’épreuve de la maladie.

Quel conseil donneriez-vous aux jeunes professionnels de santé pour leur carrière ?

Je leur dirais d’être de bons professionnels, de garder l’esprit curieux, de rester humbles (savoir dire qu’on ne sait pas … mais ne pas s’en contenter et chercher), de savoir écouter sans vouloir chercher à confirmer ce que vous pensez vous-mêmes, se souvenir que la médecine est un service et non un pouvoir. Qu’ils n’aient pas peur de la vérité ; la vérité est souvent difficile à dire, difficile à entendre mais elle rend libre. Or, il existe une différence entre l’information donnée automatiquement, consistant à tout dire pour se protéger soi-même et l’information qui respecte la personne. Je formule le souhait qu’avec les connaissances acquises, ils gardent une grande humilité, dans la vérité, au contact des personnes dans l’épreuve.

 

La Master-class : Formation d’expertise pour les étudiants en médecine et les métiers du soin (infirmiers, sages-femmes, etc.). 150 étudiants chaque année. 74h de cours les mardis soir, en présentiel à Paris ou en e-learning. D’octobre 2021 à mai 2022. Certification possible. Admission sur dossier. Envoi des dossiers du 15 juin au 28 septembre 2021. Toutes informations sur le site de la Fondation Lejeune ou à : CentreBioethique@fondationlejeune.org

Photo : iStock

 

Partager cet article

Synthèses de presse

Belgique : une victime des attentats euthanasiée à 23 ans
/ Fin de vie

Belgique : une victime des attentats euthanasiée à 23 ans

Shanti De Corte, une jeune flamande de 23 ans, a été euthanasiée pour « souffrance psychiatrique irrévocable ». Une enquête a ...
« Derniers secours » : première formation sur la fin de vie en France
/ Fin de vie

« Derniers secours » : première formation sur la fin de vie en France

Les formations « derniers secours » viennent d’être lancées en France par la SFAP. Elles existaient déjà dans une vingtaine d’autres ...
Canada : des « adaptations » possibles pour les détenus transgenres
/ Genre

Canada : des « adaptations » possibles pour les détenus transgenres

Les détenus purgeant une peine fédérale au Canada peuvent désormais être incarcérés dans la prison correspondant à "l’identité de genre" ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres