Marche pour la vie 2019 : dans de trop nombreux cas, l’avortement est un signe d’impuissance

Publié le : 14 janvier 2019

« Qu’y a-t-il de plus fondamental que la question du respect de la vie ? » La prochaine Marche pour la vie, qui aura lieu dimanche 20 janvier prochain, aura cette année pour thème la défense de la liberté de conscience. Adélaïde Pouchol, porte-parole, résume l’enjeu de cette nouvelle édition : « Nous marchons pour dire qu’un enfant est une personne comme les autres et qu’à ce titre, il ne peut être considéré comme un droit ou un dû dont les adultes peuvent disposer ; pour dire que les médecins ne sont pas les fonctionnaires de la puissance politico-médiatique que l’on peut forcer à poser un acte qu’ils réprouvent. Et, parce que nous sommes convaincus qu’on passe de la civilisation à la barbarie dès que l’on cesse de protéger les plus petits d’entre les hommes, nous marchons pour demander une politique en faveur de la vie ».

 

Quant au choix du thème, « c’est une chose que d’être convaincu de la valeur de toute vie, encore faut-il pouvoir le dire et le vivre. L’hystérie collective qui s’empare de la plupart des personnalités politiques et médiatiques dès que quelqu’un ose remettre en cause l’avortement ou la PMA sont la preuve que la liberté de conscience est très abîmée en France ». Adélaïde Pouchol dénonce « une conspiration du silence sur l’avortement conjuguée à une forme de dictature du progrès qui interdisent toute pensée qui, pour faire court, serait contraire aux recommandations du CCNE et aux tweets de Marlène Schiappa. Parce qu’elle remet, année après année, la question du respect de la vie sur la place publique, la Marche pour la Vie est le caillou dans la chaussure du moralement correct ».

 

Le 20 janvier, la Marche pour la vie veut montrer que « la société peut répondre autrement que par l’avortement à la détresse des femmes »,et « dire qu’une loi qui permet de supprimer une vie innocente pour résoudre un problème n’est pas une avancée sociale ». Parce que « dans de trop nombreux cas, l’avortement est un signe de l’impuissance masculine ou politique. On fait mieux comme symbole de libération des femmes, non ? »

<p>Valeurs actuelles, Charlotte d'Ornellas (11/01/2019)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres