L’UNESCO face au DPI

Publié le : 2 décembre 2002

Le Comité international de bioéthique (CIB) de l’Unesco qui s’est réuni la semaine dernière à Montréal vient de proposer des directives concernant  le diagnostic pré-implantatoire.

« Nous avons voulu définir des gardes fous sans être trop restrictifs » a déclaré Hans Galjaard, rapporteur du groupe de l’UNESCO. L’usage du DPI devrait se limiter aux maladies cliniquement graves et aux couples ayant une histoire chargée.

 

En revanche aucune liste de maladies reconnues assez sérieuses ne sera établi. Pour Hans Galjaard  certaines maladies présentent en effet des variantes dont la gravité et l’évolution cliniques sont variables.

 

« De plus la gravité de certaines de ces maladies ne sera probablement pas la même dans 20 ans. Davantage de débats publics et de discussions parmi les professionnels seront nécessaires pour définir avec précision ce qu’est une maladie grave » ajoute t-il.
Le CIB exclut que l’on ait recours au DPI pour des raisons non médicales ainsi que pour des raisons « d’équilibrage familial » ou de préférences culturelles.

Reste la question de l’utilisation du DPI pour les « bébés médicaments », c’est à dire pour identifier un embryon compatible avec un frère ou une soeur atteint d’une maladie génétique nécessitant un donneur de moelle ou de sang compatible. Dans ce cas le rapport souligne que « si on permet l’emploi du DPI pour dépister une maladie génétique spécifique, il est difficile d’élever ensuite des objections morales à une sélection fondée sur la compatibilité immunogénétique visant à sauver un frère ou une soeur malades« .

Enfin le groupe de travail s’est opposé à ce que des couples atteints d’une maladie génétique aient recours à cette technique pour donner naissance à un enfant atteint du même handicap dans le but que cet enfant s’intègre mieux à sa famille.

Deux personnes handicapées sont quant à elles venues exprimer leurs inquiétudes face à cette technologie sert à écarter les individus destinés à souffrir d’un handicap.

Consulter en ligne le projet de rapport sur le diagnostic génétique pré-implantatoire et les interventions sur la lignée germinale du CIB (30/09/02).

<p>Le Devoir (Pauline Gravel) 30/11/02</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres