Loi de bioéthique : les Français ne désarment pas

Publié le : 12 octobre 2020

La France « s’apprête à étendre encore davantage le domaine de la disponibilité de l’embryon humain aux désirs des femmes et aux intérêts des firmes pharmaceutiques » dénonce l’essayiste Thibaud Collin. « L’embryon humain est ainsi toujours plus réduit à un pur matériau tenant sa dignité du seul regard qu’un tiers porte sur lui. La dignité est devenue synonyme d’utilité. » Pour l’essayiste, « toutes les révisions faites depuis quarante-cinq-ans visent à banaliser l’avortement et les manipulations sur l’embryon ; et cela continuera inlassablement ». Un moyen pour la société d’« exorciser une culpabilité qui ne cesse de la hanter mais qu’elle n’arrive même plus à nommer » (cf. Eloge de la culpabilité).

Un mouvement rejeté par les Français, pour qui, en majorité, le gouvernement doit se concentrer sur la crise sanitaire. En effet, selon un sondage Ifop publié le 9 octobre, « 56% des Français estiment que cette situation de vie démocratique dégradée doit conduire le Président de la République à suspendre les réformes sociales et sociétales en cours ». Et pour deux Français sur trois, le gouvernement devrait reporter le projet de loi bioéthique. Une voix qu’ils ont fait entendre samedi lors de nombreuses manifestations « de Lille à Toulon », et « de Brest à Strasbourg ». Des manifestations démultipliées afin de respecter les contraintes sanitaires qui les limitaient à 1000 personnes.

 

Sources : L’Incorrect, Thibaud Collin (09/10/2020) – Famille chrétienne, Camille Lecuit (09/10/2020) – Communiqué de presse La Manif pour Tous (10/10/2020) – Le Figaro avec AFP (10/10/2020).

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres