L’IVG et la contraception n’entreront pas dans la Constitution française

Publié le 12 Juil, 2018

L’Assemblée Nationale a rejeté hier les amendements de l’opposition qui réclamaient l’introduction dans la Constitution française de droits à l’IVG et à la contraception (cf. Débat au Sénat sur l’inscription d’un “droit à l’avortement” dans la Constitution : beaucoup de bruit pour rien). Ces amendements ont été proposés sur la base de propositions du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes.

 

Ces députés ne jugent pas que l’IVG et la contraception soient actuellement menacés en France, mais souhaitent les « consolider », inquiets « des mouvements anti-IVG et des difficultés financières ». Sophie Auconie (UDI-Agir) voulait aussi faire inscrire un « droit à une vie sans violence sexiste et sexuelle ».

 

L’Assemblée a refusé ces demandes.

 

Pour aller plus loin :

L’avortement ne pourra jamais être un « droit fondamental », ni une « liberté »

La nature de l’embryon humain au défi des lois

AFP (11/07/2018)

Partager cet article

Synthèses de presse

cese
/ Fin de vie

Convention citoyenne sur la fin de vie : le CESE se dote d’un “comité de gouvernance”

La SFAP propose aux participants à la convention une "immersion d’un ou deux jours dans une structure de soins palliatifs" ...
Transgenre : « nous sommes devenus nous-mêmes le produit que nous devons conquérir »
/ Genre

Transgenre : « nous sommes devenus nous-mêmes le produit que nous devons conquérir »

Il existe « un intérêt financier à banaliser la transformation des corps par la chirurgie et les produits chimiques », ...
"Brain 2.0" : plusieurs milliards de dollars pour cartographier le cerveau
/ Génome, Transhumanisme

“Brain 2.0” : plusieurs milliards de dollars pour cartographier le cerveau

Les NIH ont lancé l’initiative « Brain 2.0 » pour cartographier entièrement les 86 milliards de neurones humains ainsi que leurs connexions ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres