L’Inde propose de rendre obligatoire un test prénatal de détection du sexe de l’enfant

Publié le 1 Fév, 2016

La ministre indienne des femmes et du développement de l’enfance « a proposé de rendre obligatoire les tests prénataux de détection du sexe de l’enfant à naître afin de réduire le haut niveau de foeticide des filles ».

 

Actuellement, ces tests sont interdits en Inde, sous peine de cinq ans de prison. Cette mesure visait à « éviter les avortements féminins par des parents ne voulant qu’un garçon ». Mais la ministre, Manka Gandhi, pense à l’inverse qu’il serait « plus efficace » de connaître le sexe du fœtus dès le début de la grossesse. « Il faut changer la politique actuelle », a-t-elle déclaré, « chaque femme enceinte devrait obligatoirement savoir s’il s’agit d’un garçon ou d’une fille ». En outre, « toute femme enceinte devrait être enregistrée et on pourrait ainsi la suivre jusqu’au bout, savoir si elle a accouché ou non et ce qui s’est passé ».

 

Toutefois l’idée ne fait pas l’unanimité : « Ce n’est pas une idée très productive, cela pourrait même aggraver la situation », a déclaré Ranjana Kumari, directeur du Centre for Social Research, think tank basé à Delhi. L’AIDWA, All India Democratic Women’s Association, un groupe de défense des droits des femmes a également réagi : « Le gouvernement Modi ne doit pas céder aux intérêts commerciaux au détriment des petits filles », et il a jugé la proposition « choquante ».

 

Le premier ministre, Narendra Modi a pour sa part « exhorté les indiens à cesser de tuer les fœtus féminins », car « le déséquilibre entre les sexes peut avoir de graves conséquences ». Selon une étude du Lancet de 2011, « 12 millions de fœtus féminins auraient été avortés en raison de leur sexe au cours des 30 dernières années ».

AFP (2/02/2016)

Partager cet article

Synthèses de presse

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...
heartache-1846050_960_720

Un protocole pour produire des valves cardiaques à partir de cellules iPS humaines

Des chercheurs ont développé un protocole « efficace » pour induire la différenciation de cellules iPS humaines en cellules valvulaires fonctionnelles ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres