L’Europe va t-elle financer la recherche sur les cellules souches embryonnaires ?

Publié le : 11 juillet 2003

Lors de sa présentation mercredi 9 juillet des grandes orientations du sixième programme cadre de la recherche, la Commission européenne a proposé un financement de la recherche sur les cellules souches embryonnaires. Elle propose de verser entre 10 et 50 millions d’euros aux projets de recherches sur les cellules souches obtenues à partir d’embryons surnuméraires.

 

Le débat avait débuté en 2001devant le Parlement européen, d’abord chargé de donner un avis. Il avait demandé un amendement afin d’interdire le clonage humain reproductif ainsi que la création d’embryons à des fins de recherche. Cependant, au moment d’approuver le projet, le conseil des ministres avait demandé à la Commission de revoir sa copie, ce qu’elle vient de faire en proposant des orientations concernant le financement communautaire de la recherche sur les cellules souches embryonnaires.

 

Le nouveau projet prévoit que tout financement soit soumis à un groupe « éthique » et scientifique européen, national et même régional qui devra déterminer si cette recherche apporte une valeur ajoutée et s’il n’existe pas d’autres solutions alternatives. 

La Commission exige le consentement du donneur, le respect de l’anonymat et la traçabilité des cellules souches. 

La mesure devra tenir compte du respect des opinions de chacun, mais aussi de la liberté de recherche et de son importance pour la santé. 
Les résultats des recherches devront être mis en commun et une banque européenne des cellules souches devrait être créée. La Grande Bretagne, la Suisse et la Suède ont déjà annoncé leur accord pour accueillir cette banque. 

Enfin, les recherches ne seront possibles que sur des embryons existant avant le 27 juin 2002.

 

Ces orientations proposées par la Commission doivent maintenant être étudiées par le Parlement Européen qui pourra donner son avis avant qu’elles ne soient confiées au Conseil des Ministres pour qu’il prenne une décision finale à la fin de cette année.

 

Au nom des évêques d’Europe, Mgr Noël Treanor, Secrétaire général de la Commission des Épiscopats de la Communauté Européenne (COMECE) a demandé que l’Union renonce au financement commun de tels projets de recherche. »Nous espérons que les avancées scientifiques permettront de trouver de nouvelles thérapies pour les maladies aujourd’hui encore incurables. Il existe notamment les recherches impliquant des cellules souches adultes qui ont un grand potentiel thérapeutique et méritent un financement communautaire » a t-il souligné.

 

Il rappelle qu’il est aujourd’hui incertain que la recherche sur les cellules souches embryonnaires débouchent sur des thérapies et qu’une « bonne fin ne justifie pas qu’on use de n’importe quel moyen pour y arriver ».

<p>La Croix (Marie-Françoise Masson) 11/07/03 - Zenit 11/07/03</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres