Les promesses tenues des cellules iPS

Publié le : 14 novembre 2016

Au Japon, des chercheurs du Brain Science Institute du Riken ont identifié une nouvelle mutation dans les cellules neurales à l’origine de la schizophrénie, grâce aux cellules iPS. Ils ont ensuite validé leurs observations in vivo. Les cellules souches pluripotentes induites ont ici été utilisées pour modéliser la pathologie étudiée.

 

En Europe, Axiogenesis AG, une société de biotechnologie spécialisée dans le développement et la production de cellules et tissus dérivés de cellules souches pluripotentes induites (iPSC) pour des applications précliniques vient de signer un accord avec la société Metrion Biosciences, spécialiste des canaux ioniques[1]. Leur association a pour objectif de commercialiser des cellules cardiaques et neuronales dérivées d’iPS pour aider la recherche thérapeutique dans l’arythmie cardiaque et la douleur.

 

 

[1] Les canaux ioniques sont de petits pores composés de protéines constituant la membrane des cellules, responsables du transport des ions.

<p>France Diplomatie (11/11/2016); PRNewswire (7/11/2016)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres