Les Nations Unies face au clonage

Publié le 18 Oct, 2002

La Sixième Commission des Nations Unies s’est réunie ce matin sur la Convention internationale contre le clonage des êtres humains à des fins de reproduction.

Deux projets de résolution sont à débattre. L’un est en faveur d’une interdiction complète de toute forme de clonage – soutenu par l’Espagne, les Philippines et les Etats-Unis et un nombre croissant de pays. L’autre, qui résulte d’une initiative conjointe de la France et de l’Allemagne, vise une interdiction partielle du clonage à des fins de reproduction c’est à dire, selon ces pays, une interdiction limitée au clonage dit “reproductif”. Par ailleurs, ils proposent un “moratoire national contre toutes les formes de clonage d’êtres humains qui sont contraires à la dignité humaine“.
Rappelons que la distinction entre clonage “reproductif” et clonage “thérapeutique” est totalement artificielle : la technique est la même, et seule l’utilisation finale des clones ainsi créés est différente. Toutes les formes de clonage sont reproductives puisque un être humain distinct et unique est créé dans tous les cas.

La plupart des délégations* ont appelé les pays dont la législation nationale n’interdit pas déjà le clonage humain à décréter un moratoire immédiat sur toutes les formes de clonage d’êtres humains à des fins de reproduction, en attendant de disposer d’un instrument juridique international qui fasse autorité en la matière.

Le débat a lieu à l’ONU, mais son issue aura un impact profond sur la politique européenne. Si la position franco-allemande venait à prévaloir, il sera difficile pour l’Union Européen de ne pas financer, d’ici un an, les recherches utilisant des cellules souches embryonnaires.
Et comment ne pas s’étonner de cette position française alors même que la révision des lois de bioéthique n’est pas encore achevée et qu’aujourd’hui la loi en vigueur interdit tout type de clonage en France ?

Lisez en ligne les interventions des différentes délégations

* Allemagne, Brésil, Cameroun, Chili, Chypre, Costa Rica, Cuba, Espagne, Etats-Unis, Gabon, Grèce, Liechtenstein, Mexique, Norvège, Saint-Siège, Sénégal, Soudan, Suisse. 

Gènéthique 18/10/02

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Californie : les parents ne seront pas informés si leur enfant change de genre
/ Genre

Californie : les parents ne seront pas informés si leur enfant change de genre

Le gouverneur de Californie a signé une loi visant à interdire l'adoption de règles exigeant que les écoles informent les ...
Stimulation cérébrale profonde : trois Espagnols renoncent à l’euthanasie
/ Fin de vie

Stimulation cérébrale profonde : trois Espagnols renoncent à l’euthanasie

Trois personnes qui avaient demandé l'euthanasie ont changé d'avis après avoir reçu un traitement neurochirurgical expérimental visant à soulager la ...
Mexique : un 14e Etat dépénalise l’avortement
/ IVG-IMG

Mexique : un 14e Etat dépénalise l’avortement

Au Mexique, le Congrès de Puebla a approuvé la dépénalisation de l'avortement jusqu'à 12 semaines de grossesse. Cet Etat devient ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres