« Les lois de bioéthique n’ont jamais eu d’autre ambition que d’arracher la biologie à l’éthique »

Publié le 17 Juin, 2021

« Il serait temps de comprendre que les lois de bioéthique n’ont jamais eu d’autre ambition que d’arracher la biologie à l’éthique » affirme Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune. Malgré « la poignée de députés » qui se sont battus (cf. Projet de loi de bioéthique : « On s’est moqué de nous et donc aussi des Français » [Interview]), s’annonce une « énième défaite sociétale ».

Mais pour le président de la Fondation Jérôme Lejeune, « le plus inquiétant réside dans l’incapacité d’un grand nombre à comprendre ce qui se passe depuis plus d’un quart de siècle et dans l’impossibilité de s’y opposer efficacement ». En effet, « s’il y a ruptures anthropologiques, au pluriel, elles (…) datent du jour où le “projet parental” a remplacé l’enfant, où l’embryon a été exclu du respect dû à tout être humain, où “l’encadrement des dérives” a donné le droit à ceux qui le violaient », affirme-t-il. Et « c’était en 1994 ». Une première loi de bioéthique où il était question de « faire, défaire, refaire, parfaire l’être humain, pour le façonner en vue d’un nouvel ordre qui n’est pas le nôtre », analyse Jean-Marie Le Méné.

Le projet de loi qui doit être voté à l’Assemblée nationale le 29 juin « n’est que le déploiement des lois précédentes ». Des lois votées afin de « rendre éthique ce qui ne l’est pas » selon les mots d’Olivier Rey. A « des fins idéologiques ou mercantiles », mais « qui n’ont rien de philanthropique ».

 

Source : Valeurs actuelles, Jean-Marie Le Méné (17/06/2021) – Photo : iStock

Partager cet article

Synthèses de presse

17_trisomie21
/ Diagnostic Prénatal

DPN : Un médecin accusé de “négligence” est acquitté

La mère a déclaré que s’ils avaient su que leur fille, née en 2011, était trisomique, elle aurait décidé d’avorter ...
Le Laos autorise la GPA et l’avortement
/ IVG-IMG, PMA-GPA

Le Laos autorise la GPA et l’avortement

Une nouvelle loi autorise la maternité de substitution et l’avortement, au Laos. Selon le ministère de la Santé, le nouveau ...
Carte d’identité en Argentine : H, F ou "X"
/ Genre

Carte d’identité en Argentine : H, F ou “X”

Il existe désormais 3 catégories possibles pour identifier le sexe du détenteur de documents d’identité : "masculin", "féminin", ou "X" ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres