Les « femtech » : ces nouvelles startups de la PMA au business prometteur

Publié le : 5 mai 2020

Au Japon, de plus en plus de femmes décident d’arrêter leur travail afin de suivre « leur traitement de fertilité » pour avoir un enfant. D’après une étude menée par l’Université Juntendo de Tokyo, ce sont « près de 20% des femmes sous traitement » qui ont quitté leur emploi. C’est un « défi démographique » pour le Japon qui souhaite « augmenter le taux de fécondité » qui est tombé à 1,42 tout en intégrant « davantage de femmes sur le marché du travail ». Des startups, encore appelées les « femtech » saisissent l’opportunité de répondre à ce besoin. Elles aident les entreprises à soutenir les femmes qui suivent un traitement de fertilité et jouent un rôle de « conseil » auprès d’elles.

 

La démissions des femmes cause des « pertes financières » importantes aux entreprises ce qui les poussent à se tourner vers ces startups. Selon l’entreprise japonaise Fermata Inc., « il y a 318 entreprises dans le monde en mars 2020 » qui s’intéressent la santé des femmes « contre 50 en 2017 ».

 

« La firme d’études de marché américaine Frost & Sullivan a déclaré que le marché mondial des femtech pourrait atteindre 50 milliards de dollars d’ici 2025. »

<p>Nikkei Asian Review (03/05/20)</p> <p>Photo : <span class="attribution_field hide-sm hide-md"><span>Free-Photos de Pixabay</span></span></p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres