Les faces cachées de la FIV

Publié le : 12 septembre 2003

Le Pr Lord Robert Winston du Hammersmith Hospital met en garde contre les conséquences des techniques de fécondation in vitro chez les enfants ainsi conçus. Il annonce une prochaine publication à ce sujet en particulier sur les conséquences de la congélation des embryons conçus par FIV.

 

Il explique que la congélation altère notamment un gène clef qui régule le développement d’une tumeur cancéreuse. Il prévient également que les médicaments utilisés pour stimuler les ovaires chez la femme pourraient causer des anomalies chromosomiques dans la descendance. Il déplore, dans le cadre des fécondations in vitro, le manque de recherche effectuée auparavant sur l’animal, en particulier la souris.Le fait de laisser se développer l’embryon quelques jours en éprouvette avant de le réimplanter dans l’utérus de la mère n’a pas été suffisamment testé chez l’animal.

 

Le Pr Winston déplore que les enfants soient de ce fait les pionniers de l’expérimentation. Les mises en garde du Pr Winston interviennent alors que la Grande Bretagne réfléchit à un plus large financement de la fécondation in vitro pour les couples concernés. Le National Institute for Clinical Excellence propose de son côté un accès moins restreint aux fécondations in vitro.

<p>Daily News 11/09/03 - BBC news 11/09/03</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres