Les complications de la fécondation in vitro

Publié le : 12 juillet 2005

Après avoir accouché, en 1995, de jumeaux suite à une fécondation in vitro (FIV), une américaine vient de donner naissance,  13 ans après, au troisième enfant conçu le même jour. Ceci est l’aboutissement d’un long parcours. En effet, Debbie et Kent Beasley ont eu le malheur de constater qu’ils avaient fait confiance à un médecin escroc, Ricardo Asch, qui n’hésitait pas à utiliser les ovules ou les embryons d’une femme pour une autre, sans le consentement de la première, ou les envoyer à des laboratoires pour la recherche. C’est ainsi que le couple n’a retrouvé que 8 de ses 12 embryons congelés, les autres ayant été donnés à la recherche. Les parents ont été particulièrement choqués, car ils reconnaissent chaque embryon comme un être humain, et n’approuvent pas la recherche médicale utilisant des embryons.

En 1996, Debbie a fait une autre tentative d’implantation, mais elle a fait une allergie au Lupron, un médicament de contrôle de l’ovulation, et a failli en mourir. Il lui fallut 7 ans pour s’en remettre. Jouant de malheur, le couple, changeant de médecin, tombe sur le Dr Steven Latz, qui a fait l’objet d’un scandale lors d’une implantation d’embryons, en se trompant de mère, et n’a prévenu les parents respectifs qu’un an après. Mais le couple a continué à lui faire confiance, malgré tout.

Ce n’est qu’en 2004 que Debbie s’est sentie suffisamment forte pour tenter l’aventure de la grossesse une nouvelle fois, malgré l’opposition de son mari, déjà grand-père 6 fois, d’un premier mariage. Sur les 6 embryons restant, 4 ont résisté à la décongélation. Ils ont tous été implantés dans l’utérus de Debbie : "Bienvenue à la maison !" leur aurait-elle dit. Le 4 février dernier une petite fille est née, appelée Laina.

BioEdge 12/07/05 - SFGate.com 05/07/05

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres