Les académies des Sciences et de Médecine pour le clonage thérapeutique

Publié le : 24 juin 2002

Les académies des Sciences et de Médecine ont présenté vendredi 21 juin (cf. revue de presse du 21/06/02) leurs recommandations « relatives à l’expérimentation à partir des cellules souches humaines« .

L‘Académie des Sciences se dit « inquiète du blocage des recherches » sur les cellules souches embryonnaires et soutient l’article L.2151-3 du projet de loi voté en première lecture à l’Assemblée Nationale le 22 janvier dernier selon lequel « est autorisée la recherche menée sur l’embryon humain et les cellules embryonnaires qui s’inscrit dans une finalité médicale« . 

Si les académies ont rappelé leur soutient à la recherche sur les cellules souches provenant d’embryons surnuméraires, elles se sont également exprimées officiellement en faveur du clonage thérapeutique disant leur « absence d’opposition de principe à l’utilisation de lignées cellulaires obtenues à partir de transfert nucléaire« . Pour autant les académiciens se refusent à employer le terme de clonage thérapeutique qu’ils trouvent inexact et dangereux. Ils proposent de poser comme garde-fous de sélectionner et limiter le nombre d’équipes agréées à faire des recherches sur l’embryon, à l’instar de la Grande-Bretagne où sont habilités « seulement dix laboratoires« . 

Les Académies des Sciences et de Médecine appellent à continuer et à comparer les recherches sur les différents types de cellules souches (d’origine embryonnaire, adulte ou obtenues par clonage thérapeutique).

Pour Axel Kahn « la fabrication d’embryon humain par transfert de noyau, pour en tirer des cellules souches à visée thérapeutique, est une idée irréalisable et donc non crédible« . Pour le scientifique britannique John Clark du Rosling Institute d’Edimbourg (où est née Dolly) « il est prématuré car non justifié dans l’état actuel des recherches de susciter chez les malades des espoirs de guérison basés sur la mise en oeuvre du transfert nucléaire à visée thérapeutique« . Il rappelle le très faible rendement de la technique du clonage : il faudrait 400 ovules de « bonne qualité » pour obtenir une seule culture de cellules différenciées. Enfin, le Pr. Nicole Le Douarin rappelle les risques de transformation cancéreuse qu’engendrent les greffes de cellules.

 

Enfin, les Académies demandent au gouvernement de prendre rapidement une décision claire. Celle-ci sera du ressort de Claudie Haigneré, nouvelle ministre déléguée à la recherche. Quant au ministre de la Santé, il estime que « les recherches sur les embryons n’ont pas fait l’objet de débats suffisants au regard de ce qui était fait sur les cellules adultes« . Ceci est d’autant plus vrai depuis le récent article paru dans Nature (cf. article suivant) annonçant l’extraordinaire plasticité des cellules souches adultes dont l’utilisation, rappelons-le, ne pose aucun problème éthique. 

<p>Le Monde (Jean-Yves Nau) 22/06/02 - Le Figaro (Catherine Petitnicolas) 22-23/06/02 - Libération (Julie Lasterade) 22/06/02 - Le Quotidien du Médecin (Stéphanie Hasendahl) 24/06/02</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres