« Le XXIe siècle sera celui de la réification »

Publié le 18 Oct, 2022

Dans un entretien pour le journal Le Figaro, Luc Ferry et Michel Onfray débattent de la question du transhumanisme.

« Gestation pour autrui, location de l’utérus, vente d’enfants, achat des ovocytes, procréation médicalement assistée, projet d’interruption médicale de grossesse portée à neuf mois » : pour Michel Onfray, le constat est clair. « On peut dire dès à présent que le XXIe siècle sera celui de la réification, c’est-à-dire celui de la transformation de tout en chose et en objet afin que tout puisse se vendre, se louer, s’échanger ». Une fois le monde devenu « un vaste supermarché répandu en arborescence », c’est le transhumanisme qui va lui « donner son sens ». C’est-à-dire « vivre plus longtemps, jouir plus longtemps, consommer plus longtemps, et ce dans une civilisation dans laquelle s’opposeront des maîtres riches et puissants et des esclaves déshumanisés puis sous-humanisés », prévient-il.

Post-humanisme vs. transhumanisme

Luc Ferry veut distinguer le transhumanisme du post-humanisme. « Le post-humanisme, c’est le projet de fabriquer une post-humanité, définit-il, des machines dotées d’une intelligence artificielle forte, qui auraient les caractéristiques de l’être humain la conscience de soi et des émotions ».

Mais pour Michel Onfray, le transhumanisme n’est que le « cheval de Troie ». « Au départ, ils disent leur souhait de faire marcher les tétraplégiques avec des exosquelettes, puis on s’aperçoit qu’ainsi ils fabriquent des cyborgs », affirme-t-il. Ou bien que, pour vaincre la maladie d’Alzheimer, les chercheurs s’intéressent à « numériser la mémoire afin de transférer un certain nombre d’informations dans le cerveau d’un tiers ». Sous couvert d’une « bonne intention de départ », c’est « l’Homme Nouveau, un homme augmenté », qui est recherché. Finalement, « le posthumanisme est l’horizon de la réification et le transhumanisme, l’instrument de sa réalisation », pointe Michel Onfray.

Le transhumanisme à l’heure de la légalisation de l’euthanasie

Luc Ferry note toutefois un paradoxe : « Nous avons d’un côté les petits génies de la Silicon Valley, qui réfléchissent à prolonger la vie, et de l’autre côté, nous débattons, notamment en France, de l’euthanasie ». « Ce paradoxe ne montre-t-il pas le dérèglement de notre civilisation ? », interroge-t-il.

D’autant que « la demande de mort peut recouvrir une demande d’amour à laquelle je trouve indigne de répondre par la mort », affirme le philosophe.

 

Source : Le Figaro, Alexandre Devecchio (14/10/2022) – Photo : Freeimages

Partager cet article

Synthèses de presse

Dons d’organes : une liste prioritaire pour les proches des donneurs chinois
/ Don d'organes

Dons d’organes : une liste prioritaire pour les proches des donneurs chinois

La politique chinoise de dons d’organes permet aux proches des donneurs d’être placés sur une liste d’attente prioritaire.  ...
24bis_culture_cellules_souches

Maladie de Parkinson : vers un traitement à partir de CSEh ?

Des chercheurs ont développé un traitement mettant en œuvre des cellules souches embryonnaires humaines. Un essai clinique est prévu l'année ...
USA : une hausse du nombre d’avortements en 2020
/ IVG-IMG

USA : une hausse du nombre d’avortements en 2020

Selon les derniers chiffres de l’Institut Guttmacher, le nombre d’avortements a augmenté d’environ 1% en 2020 aux Etats-Unis ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres