Le Guatemala vote une « loi pour la protection de la vie et de la famille »

Publié le 10 Mar, 2022

Mardi 8 mars, le Parlement du Guatemala a voté une « loi pour la protection de la vie et de la famille ». La loi doit encore être signée par le président Alejandro Giammattei pour être effective.

« Nous allons entamer une action pour inconstitutionnalité afin que [le texte] n’entre pas en vigueur », a déclaré Jordán Rodas, procureur guatémaltèque pour les droits de l’homme. Il estime que cette loi « “viole” les conventions internationales auxquelles adhère le Guatemala ».

Des peines renforcées en cas d’avortement

Le texte porte à 10 ans la peine de prison encourue par une femme ayant recours à l’avortement, contre trois actuellement. Et « quiconque effectue “un avortement ou des manœuvres abortives sans le consentement de la femme” et qui provoquent son décès » risque désormais une peine pouvant aller jusqu’à 50 ans de prison. Seul l’avortement en cas de danger pour la vie de la mère reste autorisé.

Interdiction du mariage entre personnes de même sexe et protection des mineurs

La « loi pour la protection de la vie et de la famille » introduit également une réforme du Code civil. Il y est désormais stipulé que « le mariage entre personnes du même sexe est expressément prohibé ». Par ailleurs, le texte interdit « aux entités éducatives publiques et privées de promouvoir auprès des enfants et adolescents des politiques ou des programmes qui tendent à dévier de leur identité sexuelle de naissance » (cf. Changement de sexe chez les enfants : « un des plus grands scandales sanitaire et éthique »; Changement de genre chez les mineurs : l’alerte de l’Académie de médecine).

« Aujourd’hui c’est un jour à célébrer : nous avons un pays qui apprend, qui enseigne et fait tout son possible pour respecter la vie depuis la conception jusqu’à la mort naturelle », a déclaré le président guatémaltèque mercredi, lors d’une cérémonie au cours de laquelle « la ville de Guatemala a été déclarée “capitale pro-vie d’Amérique latine” pour les quatre ans à venir ».

Complément du 14/03/2022 : Jeudi 10 mars, le président guatémaltèque, Alejandro Giammattei, a demandé le retrait de la loi « votée par ses alliés au Congrès ». La loi viole la constitution et les conventions internationales signées par le pays, a estimé le président.

 

Sources : AFP (09/03/2022) ; VOA (11/03/2022) – Photo : iStock

Partager cet article

Synthèses de presse

07_pma_cryoconservation
/ PMA-GPA

PMA post-mortem : vers un délai de 5 ans en Belgique

Le Conseil des ministres belge a approuvé un avant-projet de loi visant à prolonger le délai légal d’utilisation des gamètes ...
Utah : les chirurgies de changement de sexe interdites pour les mineurs
/ Genre

Utah : les chirurgies de changement de sexe interdites pour les mineurs

Le gouverneur de l’Utah a signé une loi interdisant les chirurgies de changement de sexe et les traitements hormonaux pour ...
Fin de vie : « voyage d’observation » en Suisse
/ Fin de vie

Fin de vie : « voyage d’observation » en Suisse

Vendredi, les deux ministres en charge du débat sur la fin de vie, Agnès Firmin Le Bodo et Olivier Véran, ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres