Le corps humain commercialisé comme œuvre d’art

Publié le : 24 juin 2009

Wim Delvoye, "artiste" belge contemporain, s’est lancé dans le tatouage sur les êtres vivants. Après s’être fait la main sur des cochons, il a tatoué le dos de Tim, un musicien qui est tenu de s’exposer quelques semaines par an. L’"oeuvre" a été vendue 150 000 euros à la galerie de Pury & Luxembourg, qui héritera donc de la peau de Tim à sa mort… La galerie l’a elle-même revendue à un collectionneur allemand.

Wim Delvoye, spécialiste ès art transgressif, parle de créer la première oeuvre d’art transgénique, sans trop savoir encore comment.

Libération (Vincent Noce) 24/06/09

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres