Le corps humain commercialisé comme œuvre d’art

Publié le 24 Juin, 2009

Wim Delvoye, "artiste" belge contemporain, s’est lancé dans le tatouage sur les êtres vivants. Après s’être fait la main sur des cochons, il a tatoué le dos de Tim, un musicien qui est tenu de s’exposer quelques semaines par an. L’"oeuvre" a été vendue 150 000 euros à la galerie de Pury & Luxembourg, qui héritera donc de la peau de Tim à sa mort… La galerie l’a elle-même revendue à un collectionneur allemand.

Wim Delvoye, spécialiste ès art transgressif, parle de créer la première oeuvre d’art transgénique, sans trop savoir encore comment.

Libération (Vincent Noce) 24/06/09

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres