Le clonage de la drosophile est difficile…

Publié le : 4 novembre 2004

Des chercheurs canadiens de l’Université Dalhousie de Halifax annoncent avoir réussi le premier clonage d’insectes. L’équipe de Vett Lloyd publie ses travaux sur le clonage de la mouche drosophile dans la revue Genetics*.

Le taux de réussite du clonage sur les insectes reste faible. Les insectes obtenus naissent avec de grosses anomalies et meurent subitement. Les chercheurs estiment que leur mouche clonée offre un bon modèle de recherche pour comprendre les erreurs de programmation relevant de la technique du clonage.

La technique de clonage utilisée pour les mouches drosophiles est différente de celle utilisée pour Dolly. La brebis est née d’une fusion d’un noyau de cellule prélevée sur un adulte et d’un oeuf énucléé. Pour les drosophiles, les chercheurs canadiens ont travaillé à partir de cellules souches embryonnaires. Ils ont injecté dans l’oeuf énucléé un noyau de cellules d’embryon. L’équipe d’Halifax a en fait tenté de créer des clones d’embryons drosophiles. Leur prochaine étape est de cloner des drosophiles adultes.

*En ligne : The generation of cloned Drosophila melanogaster, A.J. Haigh, W.A. MacDonald, and V.K Lloyd, 10.1534/genetics.104.035113

Nouvelobs.com (Cécile Dumas) 02/11/04

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres