L’ANSM publie une note d’information sur l’utilisation des pilules de 3ème génération

Publié le 2 Oct, 2012

Alors que certains professionnels de santé ont effectué des recommandations concernant les risques liés à l’utilisation des pilules de 3ème génération (Cf Synthèse de presse Gènéthique du 01/10/12), l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a publié, lundi 1er octobre 2012, une note d’information dans laquelle elle "appe[lle] au maintien de ces contraceptifs pour les utilisatrices de longue date".

Cependant, s’appuyant sur plusieurs évaluations de l’Agence européenne du médicament (EMA), l’ANSM "confirme l’existence d’un risque de thrombose veineuse 2 fois plus élevé chez les femmes utilisant une pilule 3ème génération, voire 4ème génération (avec comme progestatif de la drospirénone) que chez celles qui recourent à la 2ème génération (avec du lévonorgestrel ou du norgestrel)". Elle rappelle également que "le risque de thrombose veineuse est ‘bien connu, rare, mais grave’ ", que les femmes doivent en être informées et que celles-ci doivent "effectuer un suivi clinique pour surveiller la tolérance".

Enfin, elle "rapp[elle] que toute prescription d’un contraceptif oral combiné doit être précédée d’une recherche de facteurs de risques, via un interrogatoire complet sur les antécédents médicaux personnels et familiaux, l’identification d’un tabagisme, un examen clinique pour dépister une hypertension artérielle, et un bilan lipidique et un dosage glycémique". Pour l’ANSM, "le rapport bénéfice/risque doit être évalué pour chaque patiente".

La Quotidien du Médecin (Coline Garré) 02/10/12

Partager cet article

Synthèses de presse

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...
heartache-1846050_960_720

Un protocole pour produire des valves cardiaques à partir de cellules iPS humaines

Des chercheurs ont développé un protocole « efficace » pour induire la différenciation de cellules iPS humaines en cellules valvulaires fonctionnelles ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres