L’Algérie confirme l’interdiction de l’avortement en cas de malformation génétique du fœtus

Publié le 14 Mar, 2018

Dans son rapport sur le projet de loi sur la santé, la commission des affaires sociales et de la santé de l’APN[1] a rendu son verdict sur une polémique visant à élargir l’accès à l’avortement : « L’article 81 concernant l’interruption du foetus en cas de malformation génétique n’a pas été retenue par la commission de la santé », a affirmé la députée du PT, Nadia Chouitem. « L’interruption de la grossesse n’est autorisée qu’en cas de risque sur la santé de la maman ».

 

Plusieurs partis s’étaient vivement opposés à cet élargissement de l’IVG, le jugeant « contradictoire avec la religion ». Ils ont finalement obtenu gain de cause.

 

Dans la nouvelle loi, la procédure d’avortement doit se faire obligatoirement au sein des établissements publics.

 

[1] Assemblée Populaire Nationale (Algérie).

L’Expression, Nadia Benakli (05/03/2018)

Partager cet article

Synthèses de presse

cese
/ Fin de vie

Convention citoyenne sur la fin de vie : le CESE se dote d’un “comité de gouvernance”

La SFAP propose aux participants à la convention une "immersion d’un ou deux jours dans une structure de soins palliatifs" ...
Transgenre : « nous sommes devenus nous-mêmes le produit que nous devons conquérir »
/ Genre

Transgenre : « nous sommes devenus nous-mêmes le produit que nous devons conquérir »

Il existe « un intérêt financier à banaliser la transformation des corps par la chirurgie et les produits chimiques », ...
"Brain 2.0" : plusieurs milliards de dollars pour cartographier le cerveau
/ Génome, Transhumanisme

“Brain 2.0” : plusieurs milliards de dollars pour cartographier le cerveau

Les NIH ont lancé l’initiative « Brain 2.0 » pour cartographier entièrement les 86 milliards de neurones humains ainsi que leurs connexions ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres