L’Académie de Médecine pour la recherche sur l’embryon

Publié le 14 Jan, 2002

L’association France – Biotech, qui rassemble la majorité des entreprises françaises de biotechnologie et leurs partenaires financiers, réclament l’autorisation de la recherche sur l’embryon humain et celle du clonage thérapeutique.

De son côté, le groupe de travail ” Médecine de l’embryon ” de l’Académie de Médecine a réaffirmé sa position en faveur de l’ouverture du projet de loi sur la recherche sur les embryons surnuméraires. Ce groupe de travail confère à l’embryon surnuméraire, issu de la fusion in vitro d’un ovocyte et d’un spermatozoïde et s’inscrivant dans un projet parental, ” le statut de patient “.

 

Le rapport de l’Académie précise qu’en cas d’abandon du projet parental, il perd ce statut : ” de patient qu’il était, imposant au médecin une obligation de soins, il devient un organisme, certes vivant, mais voué à une destruction aux termes mêmes de la loi de 1994 “.

 

Et l’Académie de conclure ” aujourd’hui, avec cette notion nouvelle et essentielle de patient, la question : ” peut-on faire de la recherche sur l’embryon?” est complètement dépassé. Une telle recherche s’impose. Elle constitue un devoir médical “.

Le Monde (Jean-Yves Nau) 14/01/02

Partager cet article

Synthèses de presse

Ecosse : le NHS interrompt la prescription de bloqueurs de puberté pour les mineurs
/ Genre

Ecosse : le NHS interrompt la prescription de bloqueurs de puberté pour les mineurs

La clinique Sandyford de Glasgow a décidé d’interrompre la prescription de bloqueurs de puberté aux mineurs ...
« Soins d’accompagnement » : médecins et infirmiers opposés au changement de terminologie
/ Fin de vie

« Soins d’accompagnement » : médecins et infirmiers opposés au changement de terminologie

Infirmiers et médecins indiquent leur préoccupation « en raison des divergences avec la terminologie internationale et leurs conséquences pour la ...
Mettre le feu au matelas de son grand-père pour l’« aider à mourir » ?
/ Fin de vie

Mettre le feu au matelas de son grand-père pour l’« aider à mourir » ?

Une femme de 32 ans encourt la réclusion criminelle à perpétuité pour avoir tué son grand-père en mettant le feu ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres