La recherche sur les cellules embryonnaires est-elle nécessaire ?

Publié le : 30 novembre 2010

Dans La Croix, un débat intitulé "La recherche sur les cellules embryonnaires est-elle nécessaire ?" présente les propos de Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune et de Louise-Marie Marton, présidente de l’association Huntington France.

Pour Jean-Marie Le Méné, contrairement à ce que l’on dit, la recherche de nouvelles thérapeutiques n’a pas besoin des cellules embryonnaires humaines (cellules ES). En effet, la découverte des cellules iPS en 2006 par Yamanaka fournit une alternative qui "permet d’envisager les mêmes applications qu’avec les cellules souches embryonnaires, en s’affranchissant des problèmes éthiques puisqu’elles sont obtenues à partir de cellules adultes."

Selon lui, "s’il y a un fort lobbying des labos pharmaceutiques pour pousser à la recherche sur les cellules ES, ce n’est pas seulement en vue de progrès thérapeutiques pour réimplanter dans des organes malades des cellules saines." C’est aussi pour modéliser des pathologies, faire des tests de molécules ou tester la toxicité des médicaments. "En 2004, au moment du vote de la loi, les groupes de lobbying ont menti aux parlementaires afin qu’ils acceptent l’idée de dérogations. Les scientifiques savaient à l’époque qu’on n’utiliserait pas les cellules ES d’abord dans des perspectives thérapeutiques…mais il fallait que les parlementaires acceptent le principe de fournir des cellules ES aux laboratoires."

Pour Louis-Marie Marton, au contraire, les espoirs de thérapie génique pour guérir la maladie de Huntington reposent sur les travaux sur les cellules embryonnaires humaines. "

Je sais bien que la recherche sur les cellules souches embryonnaires pose des problèmes éthiques, mais quand on souffre d’une maladie si lourde, de génération en génération, on ne se pose pas ce genre de questions"

La Croix 30/11/10

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres