La plupart des femmes qui congèlent leurs ovocytes ne les utilisent jamais

Publié le 23 Jan, 2017

Présentée comme un moyen pour les femmes de préserver leur fertilité, de leur donner plus de temps pour mener leur carrière professionnelle, ou pour trouver le « bon partenaire », la congélation d’ovocyte est finalement peu effective. Une étude, menée par une clinique de fertilité à Melbourne, constate que très peu de femmes qui congèlent leurs ovocytes finissent par les utiliser, confirmant des études antérieures, menées notamment en Californie.

 

L’étude a été menée en Australie, sur 100 femmes qui avait congelé leurs ovocytes entre 1999 et 2014, pour « retarder leur procréation », sans motif médical. Elles avaient en moyenne 37 ans au moment de la congélation, et 40 ans au moment de l’enquête. 86% étaient célibataires au moment de la procédure, contre 67% au moment de l’enquête.

 

A l’issue de l’étude, seules 6% de ces femmes avaient utilisé leurs ovocytes congelés, et 3% avaient mené à terme une grossesse à l’aide de ces ovocytes. 22% sont tombées enceintes, mais dans la plupart des cas sans utiliser les ovocytes congelés : les grossesses étaient « naturelles » ou suite à des FIV utilisant des « ovocytes frais ».

 

La plupart des femmes interrogées ont expliqué qu’elles ne souhaitaient pas être mère célibataire, et préféraient tenter de concevoir naturellement. Au terme de l’enquête, seule 21 % des femmes étaient fermement décidées à utiliser leurs ovocytes congelés.

 

Les auteurs estiment que ce type de statistiques devrait être transmis aux femmes qui souhaitent congeler leurs ovocytes, ainsi que les taux de grossesse suite à une FIV utilisant des ovocytes congelés : celui-ci dépend en partie de l’âge de la femme au moment de l’implantation, et du nombre d’ovocytes congelés. Avec 8 ovocytes congelés, « les chances d’avoir un bébé » sont de 41% chez les femmes de moins de 35 ans au moment de la congélation, et de 20% chez les femmes de plus de 35 ans au moment de la congélation.

Huffington Post, Rachael Rettner (23/01/2017)

Partager cet article

Synthèses de presse

04_genome
/ Génome

Génome : découverte d’une nouvelle maladie génétique affectant le cerveau

Selon des chercheurs, le gène GRIA1 est à l’origine d’une maladie génétique provoquant un « développement anormal du cerveau » ...
Israël réforme l’accès à l’avortement
/ IVG-IMG

Israël réforme l’accès à l’avortement

En Israël, l’avortement est encadré par des procédures mises en place dans les années 70. Le Parlement a approuvé une ...
justice3
/ IVG-IMG

Avortement aux Etats-Unis : la bataille judiciaire est lancée

« Les lois qui sont maintenant en place ont été adoptées par le peuple », rappelle le procureur général de Louisiane ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres