La bio-impression, un enjeu de prix Nobel ?

Publié le : 12 novembre 2014

La révolution de la bio-impression se poursuit. Une société russe, 3D Bioprinting Solutions (Moscou), avance dans ce domaine. Elle a déposé récemment une demande de brevet pour sa bio-imprimante et annonce cette semaine son « intention de transplanter [sur des souris, ndlr], en mars 2015, le premier organe imprimé au monde, une glande thyroïde ».

 

Cette bio-imprimante utilise actuellement des cellules souches adultes de souris et pourra à terme, à partir de cellules souches adultes humaines (qui ne sont donc pas des cellules souches embryonnaires), « servir de matériau de construction pour tous les tissus du corps ».

 

Se pose la question de savoir quand cette technique sera prête pour l’homme. Le Pr Mironov, qui conduit le projet au sein de 3D Bioprinting Solutions a l’intention de développer des reins humains imprimables et fonctionnels pour 2018. Et d’ajouter « celui qui sera le premier à imprimer, puis transplanter un rein avec succès sur un patient qui restera en vie pourra obtenir le prix Nobel ».

<p>Additiverse.com 10/11/2014</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres