Jugement sur l’acharnement thérapeutique : polémique

Publié le 13 Nov, 2009

Le jugement rendu par le tribunal administratif de Nîmes qui condamne l’hôpital d’Orange pour acharnement thérapeutique (cf. Synthèse de presse du 12/11/09) soulève une vive polémique dans le milieu médical. Il précise en effet que "les médecins ont montré une obstination déraisonnable (…) constitutive d’une faute médicale" parce qu’ils n’ont pas pris en compte "les conséquences néfastes hautement prévisibles pour l’enfant". L’avocat des parents du petit garçon réanimé a estimé "que la juste décision était de permettre à la mort naturelle de prendre ses droits".

Pour beaucoup de réanimateurs, cette première judiciaire fait redouter que la réanimation des bébés nés en état de mort apparente ne soit plus systématique "et ce alors que 97% des enfants [nés en état de mort apparente] ne montrent aucune séquelle une fois réanimés", ainsi que l’explique le Dr Mostafa Mokhtari, réanimateur à l’hôpital de Bicêtre. Bernard Golse, pédiatre à l’hôpital Saint Vincent, résume le dilemme éthique qui serait celui des médecins : "Ils seront alors pris en étau entre la peur d’être poursuivis pour non-assistance ou, à l’inverse, pour acharnement thérapeutique".

L’hôpital d’Orange a décidé de ne pas faire appel afin de ne pas ajouter à la douleur de la famille. Il a été conforté dans sa décision médicale par la ministre de la Santé qui a estimé qu’"on demande beaucoup aux équipes médicales, mais […] la décision a été prise de la meilleure façon". La direction a expliqué que toute cette affaire posait une question cruciale : celle de savoir "s’il faut tout tenter quand il y a un espoir de récupérer une vie".

Partager cet article

Synthèses de presse

Italie: selon le tribunal d’Ancône il existe un "droit au suicide"
/ Fin de vie

Italie: selon le tribunal d’Ancône il existe un “droit au suicide”

Le tribunal d'Ancône interprète un arrêt de la cour constitutionnelle dépénalisant l'aide au suicide comme un droit personnel au suicide ...
Australie: Marie Stopes International ferme des cliniques d'avortement
/ IVG-IMG

Australie: Marie Stopes International ferme des cliniques d’avortement

Dans la région du Queensland, les cliniques d’avortement n’étant plus « financièrement viables », fermeront en juillet ...
10_open_data
/ E-santé

Neuf applications de santé sur dix récoltent les données de leurs utilisateurs

Une étude révèle de « graves problèmes de protection de la vie privée et des pratiques de protection de la ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres