Jean-Claude Seknagi : aujourd’hui sorti du coma, il aurait pu être “débranché”

Publié le 9 Juin, 2022

En janvier dernier, Jean-Claude Seknagi, 70 ans, est hospitalisé en réanimation. « Donné pour mort par la communauté médicale », il fait alors l’objet d’une décision de limitation ou arrêt des thérapeutiques (dite « LAT ») en cas de complications. Sa famille s’y oppose : pétition, puis recours en justice  (cf. “Euthanasie et obstination déraisonnable ne sont que les deux faces d’une même illusion”). Début avril, le tribunal administratif de Montreuil donne raison au plaignant (cf. France : La justice suspend une décision d’arrêt des soins). Quelques semaines plus tard, il est « extubé » ; il reprend conscience. Encore alité aujourd’hui, il se rétablit et « devrait bientôt quitter le service de réanimation ».

« Miracle ou erreur de diagnostic ? ». L’équipe médicale, l’expert missionné par le tribunal, tous étaient unanimes. Une autre évaluation « conduite par dix professeurs et docteurs spécialistes des troubles de la conscience » concluait dans le même sens. Jean-Claude Seknagi « illustre les limites de nos capacités en situation incertaine » déclare aujourd’hui l’un de ces spécialistes.

Mais pour l’avocate de la famille, Jean-Claude Seknagi « n’est pas un rescapé ». « Au moment de l’audience début avril, tous les indices allaient dans le sens d’une amélioration de son état de santé. C’était une évidence. Et le temps a joué pour nous » explique-t-elle. « Ne pas s’acharner, cela ne veut pas dire ne pas laisser une chance » complète-t-elle. En outre, lors de l’audience, les médecins, « victimes du système », « ont fait comprendre (…) qu’ils ne pouvaient pas garder tout le monde en réanimation… ». L’avocate plaide pour meilleure formation des médecins, notamment juridique : « Personne n’aimerait être à leur place en pareilles circonstances, reconnaît-elle. Ils sont humains et ils étaient persuadés que leur décision était légitime. Mais ils ont été trop catégoriques. Dans un cas comme celui-ci, on parle d’un choix irréversible. Et on a besoin d’avoir confiance en l’hôpital. »

 

Complément du 26/08/2022 : Jean-Claude Seknagi a finalement retrouvé son domicile jeudi 11 août, où il y bénéficie d’une hospitalisation (HAD).

« Je suis très heureux d’avoir été au bout de ce combat, témoigne son fils Ilan, en colère contre la loi française sur la fin de vie. J’étais seul, face à toute une équipe médicale, un expert, des hôpitaux, tous unanimes… Ça semblait perdu d’avance. »

Sources : Le Parisien, Alexandre Arlot (7/06/2022) ; La Croix, Alice Le Dréau (12/08/2022)

Partager cet article

Synthèses de presse

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines
/ PMA-GPA

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines

Juristes pour l’enfance demande un décret ordonnant la destruction des stocks de gamètes recueillis avant la loi de bioéthique de ...
Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »
/ Fin de vie

Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »

Le Dr Pascale Favre analyse le « modèle » belge régulièrement mis en avant dans le débat sur la fin ...
Canada : un projet de loi pour retarder d'un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales
/ Fin de vie

Canada : un projet de loi pour retarder d’un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales

Jeudi, le ministre de la Justice a déposé un projet de loi visant à retarder d'un an l’élargissement de l'"aide ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres