IVG : Nouvelle commission, nouveau rapport

Publié le 27 Juil, 2016

Un nouveau rapport sur l’IVG en France pointe « les limites des données existantes », et émet des recommandations « pour adapter l’offre de soins ».

 

Marisol Touraine, ministre des Affaires Sociales et de la Santé, « concentre ses efforts sur un meilleur accès » à l’IVG. En janvier 2015, 40 ans après la loi Veil, elle a créé une « Commission sur les données et la connaissance de l’IVG » en lien avec la DREES[1] (cf. Marisol Touraine : “L’IVG doit être considérée comme une activité médicale à part entière” ). Cette nouvelle instance a pour mission de « coordonner les acteurs pour une meilleure analyse des connaissances sur la pratique de l’IVG en France et le parcours des femmes ». Elle publie ce mercredi son premier rapport.

 

Les chiffres sont ceux délivrés par la DREES début juillet pour l’année 2015 (cf. IVG en France : Légère tendance à la baisse en 2015 ) : « Si une légère baisse est notable depuis 2013, aucune inflexion significative n’est à noter sur la dernière décennie », et le recours à l’avortement est même plus élevé que dans les années 1990. Le rapport précise que les IVG concernent de plus en plus souvent les mêmes femmes, plusieurs fois au cours de leur vie, « ce qui interroge quant au suivi et à l’information des patientes ».

 

En ce qui concerne l’accès à l’IVG, le rapport souligne des difficultés durant l’été ou la période de Noël, et une « offre inégale » selon les régions. Ces difficultés touchent principalement les mineures et les femmes précaires. Mais « la majorité des appels aboutissent », et « le délai proposé pour une première consultation est court, deux jours en cas de terme avancé et cinq jours dans les autres cas ». La Commission regrette cependant « le manque général de données », qui « ne permet pas d’affiner les connaissances sur les inégalités d’accès aux traitements ».

 

L’analyse de la Commission se conclut sur des recommandations : « procéder à de nouvelles enquêtes » sur les délais d’accès à l’IVG, lancer « une batterie d’études sur la contraception avant et après l’IVG », ou encore sur « la satisfaction des patientes », élaborer des « tableaux de bords régionaux », et « renforcer le respect de la confidentialité ».

 

Note Gènéthique : Marisol Touraine fait le bilan du plan IVG au Planning Familial

 

[1] Direction de la recherche, des études de l’évaluation et des statistiques.

 

Drees (27/07/2016); La Croix Marine Lamoureux (27/07/2016); Libération Eric Favereau (27/07/2016)

Partager cet article

Synthèses de presse

istock-518234140
/ Genre

Suède : le changement de sexe à l’état civil autorisé dès 16 ans

En Suède, le Parlement a adopté ce mercredi un texte qui abaisse de 18 à 16 ans l'âge minimum pour ...
Don d’organes : la personnalité du receveur influencée par le donneur ?
/ Don d'organes

Don d’organes : la personnalité du receveur influencée par le donneur ?

Selon une étude publiée dans la revue Transplantology, les organes du donneur influencent la personnalité du receveur ...
10_pma_donneur_anonyme
/ PMA-GPA

Chine : l’enfant né par PMA post-mortem ne peut pas hériter

En Chine, un tribunal a rejeté la demande d’une femme qui souhaitait que son fils, né par PMA post-mortem avec ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres