IVG en Croatie, un équilibre à trouver entre le droit des femmes et la protection de la vie à naître

Publié le : 3 mars 2017

En Croatie, la loi autorise l’avortement jusqu’à 10 semaines de grossesse.

 

La Cour constitutionnelle croate a rejeté jeudi dernier une demande de révision de cette loi au motif que « retirer à la femme son droit à décider de sa grossesse représente ‘une ingérence dans son droit constitutionnel à l’intimité’ ».

 

En outre, la Cour, estimant que la loi en vigueur était dépassée, a demandé au Parlement de préparer une nouvelle législation en la matière en prenant en compte « les mesures de prévention et d’éducation pour diminuer le nombre d’avortements. »

 

Le président de la Cour, Miroslav Separovic, a indiqué que même si il ne revenait pas à la Cour de se prononcer sur le commencement de la vie humaine, la loi nouvelle doit trouver un équilibre entre le droit des femmes à la vie privée et la protection de la vie à naître.

<p>La Croix, (3/03/2017)</p> <p>AFP, (03/03/2017)</p> <p>Reuters, Reportage par Igor Ilic, édité par Catherine Evans, (2/03/2017)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres