IVG : Des gynécologues suisses veulent supprimer le délai de réflexion

Publié le 9 Fév, 2016

En Suisse, des gynécologues plaident pour une suppression de la deuxième consultation avant une IVG. Selon eux, la procédure est trop « compliquée », et certains d’entre eux « renoncent déjà à la deuxième séance de discussion ». Selon un sondage paru dans Swiss Medical Forum, « un tiers des hôpitaux publics de Suisse assure déjà un avortement après une unique consultation ». Le généraliste André Seifenberg explique que depuis qu’il « propose une procédure simplifiée », le nombre d’avortement « a grimpé ».

 

Autre argument avancé par ces gynécologues : les femmes sont décidées, et « seules 10% des patientes hésitent et mettent à profit le délai de réflexion ».

 

Toutefois d’autres voix s’élèvent, opposées « à la procédure accélérée ». Ainsi la gynécologue et ancienne conseillère nationale des Verts Yvonne Gilli, pense que ces « consultations sont très importantes », car « il est ainsi arrivé que les femmes changent d’avis lors de ces discussions ». Sa position est également empreinte de la crainte qu’un « nouvel assouplissement » ne soit l’occasion pour les « opposants à l’avortement » de « remettre en question ce droit des femmes ».

 

Note de Gènéthique : En France, le Projet de Loi Santé adopté le 17 décembre 2015 a supprimé le délai de réflexion. Gènéthique a sollicité des femmes qui ont accepté de partager leur expérience et ont donné leur témoignage : Suppression du délai de réflexion avant l’IVG : 64 femmes répondent à Gènéthique.

20 minutes (9/02/2016)

Partager cet article

Synthèses de presse

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines
/ PMA-GPA

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines

Juristes pour l’enfance demande un décret ordonnant la destruction des stocks de gamètes recueillis avant la loi de bioéthique de ...
Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »
/ Fin de vie

Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »

Le Dr Pascale Favre analyse le « modèle » belge régulièrement mis en avant dans le débat sur la fin ...
Canada : un projet de loi pour retarder d'un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales
/ Fin de vie

Canada : un projet de loi pour retarder d’un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales

Jeudi, le ministre de la Justice a déposé un projet de loi visant à retarder d'un an l’élargissement de l'"aide ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres