Italie : la « viande de synthèse » interdite

Publié le 20 Nov, 2023

Le 16 novembre, la chambre basse du Parlement italien a adopté, avec 159 voix pour et 53 contre, un projet de loi interdisant la production, la vente, l’importation et l’exportation de « viande de synthèse »[1] en Italie. La proposition a également été approuvée par la chambre haute.

« L’Italie est le premier pays au monde à être à l’abri des risques sociaux et économiques liés aux aliments synthétiques » a indiqué le ministre italien de l’Agriculture, Francesco Lollobrigida, à l’issue du vote. « Nous préservons notre alimentation, notre système nutritionnel, en maintenant la relation entre la nourriture, la terre et le travail humain dont nous bénéficions depuis des millénaires » a déclaré le ministre. Nos citoyens « ont le droit de bien manger », « les études ne garantissent pas son innocuité » rappelle-t-il. Cette interdiction « est fondée sur le principe de précaution » a, pour sa part, ajouté le ministre de la Santé, Orazio Schillaci.

« En Europe, nous n’avons pas encore de tels produits sur le marché »

Le texte a été largement inspiré par le principal syndicat agricole italien qui avait lancé une pétition contre la « nourriture Frankenstein ». Celle-ci avait recueilli 2 millions de signatures. Désormais, les entreprises s’exposent à des amendes allant de 10.000 à 60.000 euros, ou à des sanctions financières allant jusqu’à 10 % de leur chiffre d’affaires, avec un maximum de 150.000 euros, en cas de violation de la loi.

A l’heure actuelle, la « viande de synthèse » n’est toutefois pas encore autorisée au sein de l’Union Européenne (UE) (cf. « Viande cellulaire » : le Sénat encourage les recherches).  « En Europe, nous n’avons pas encore de tels produits sur le marché, parce qu’ils sont considérés par les régulateurs, la Commission européenne et les Etats membres comme un nouvel aliment et cela nécessite une évaluation de la sécurité par l’Efsa, une autorisation des Etats membres et de l’Union européenne. » explique Wolfgang Gelbmann de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa). La viande de culture est en revanche autorisée à la vente à Singapour et aux Etats-Unis (cf. Viande cultivée en laboratoire : feu vert de la FDA).

La mesure adoptée par l’Italie pourrait être contestée par d’autres Etats membres de l’UE sur la base de l’accord sur le « marché unique » autorisant la libre circulation des biens et des services.

 

[1] La viande de synthèse est produite en laboratoire à partir de « cultures cellulaires ou de tissus dérivés d’animaux vertébrés »

Sources : Les Echos, Olivier Tosseri (20/11/2023) ; BBC, Paul Kirby (18/11/2023)

Partager cet article

Synthèses de presse

Canada : 37 prisonniers ont demandé l’« aide médicale à mourir »
/ Fin de vie

Canada : 37 prisonniers ont demandé l’« aide médicale à mourir »

En date du 13 février, le Service correctionnel du Canada avait reçu 37 demandes de prisonniers de recourir à l’« ...
« Esclavage moderne » : trois cas de GPA forcée signalés au Royaume-Uni
/ PMA-GPA

« Esclavage moderne » : trois cas de GPA forcée signalés au Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, trois personnes ont signalé un cas de GPA forcée via le service d'assistance téléphonique « sur l'esclavage moderne et ...
« Neurodroits » : l’alerte d’une ONG américaine
/ Transhumanisme

« Neurodroits » : l’alerte d’une ONG américaine

Alors que le Colorado a promulgué une loi pour « protéger la confidentialité des "données neuronales" », une ONG a ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres