Irlande : le Parlement se penche sur la légalisation de l’avortement

Publié le 5 Oct, 2018

Hier, le Parlement Irlandais a commencé l’examen du projet de loi légalisant l’avortement en Irlande. Ce projet de loi fait suite au référendum du 25 mai dernier, qui s’est prononcé en faveur de la dépénalisation (cf. Référendum irlandais : l’IVG dépénalisé ) de l’avortement.

 

 Le projet de loi prévoit que l’IVG pourra être pratiqué jusqu’à 12 semaines sans condition, et jusqu’à 24 semaines pour les « cas exceptionnels » tels que le danger de mort de la mère, ou les anomalies du fœtus. Un délai de réflexion de trois jours est préconisé dans le projet de loi qui devra être adopté par le Parlement puis par le Sénat.

 

Les opposants ont l’intention de déposer des amendements, mais le ministre de la Santé a déjà déclaré qu’il ne les accepterait pas. Une législation ultérieure est déjà prévue pour créer des « zones d’accès sécurisées » où les manifestations anti-avortmement seront interdites.

 

Ce projet de loi nourrit une polémique à propos de l’objection de conscience : il impose aux médecins refusant de pratiquer des IVG d’envoyer les femmes chez leurs confrères pratiquant l’IVG. Plusieurs centaines de médecins se sont opposés publiquement à cette obligation de transfert (cf. Avortement en Irlande : les médecins demandent à inscrire leur droit à l’objection de conscience dans le projet de loi ). « Nous ne voulons pas contrecarrer le résultat du référendum, nous voulons simplement obtenir la liberté de conscience dans sa forme la plus vraie, sans avoir à envoyer vers un autre médecin. L’avortement est la fin d’une vie humaine et nous ne voulons en aucun cas participer à cela. Nous voulons continuer à offrir des soins empreints de compassion à toutes les mères et à leurs enfants », a déclaré le Dr Kirsten Fuller, porte-parole de Doctors for Freedom of Conscience

 

Voir aussi :

L’accès à l’avortement accéléré en Irlande

85 % des médecins irlandais estiment que l’avortement ne peut pas être considéré comme une « pratique générale de routine »

AFP (04/10/2018)

BBC, Deirdre Finnerty (04/10/2018)

Partager cet article

Synthèses de presse

Ecosse : le NHS interrompt la prescription de bloqueurs de puberté pour les mineurs
/ Genre

Ecosse : le NHS interrompt la prescription de bloqueurs de puberté pour les mineurs

La clinique Sandyford de Glasgow a décidé d’interrompre la prescription de bloqueurs de puberté aux mineurs ...
« Soins d’accompagnement » : médecins et infirmiers opposés au changement de terminologie
/ Fin de vie

« Soins d’accompagnement » : médecins et infirmiers opposés au changement de terminologie

Infirmiers et médecins indiquent leur préoccupation « en raison des divergences avec la terminologie internationale et leurs conséquences pour la ...
Mettre le feu au matelas de son grand-père pour l’« aider à mourir » ?
/ Fin de vie

Mettre le feu au matelas de son grand-père pour l’« aider à mourir » ?

Une femme de 32 ans encourt la réclusion criminelle à perpétuité pour avoir tué son grand-père en mettant le feu ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres