[Interview] Jean-François Mattei « Nous sommes dans une civilisation mortifère »

Publié le : 17 février 2014

 Jean-François Mattei, philosophe, spécialisé sur les questions d’éthique et membre de l’Institut Universitaire de France donne son analyse suite aux évènements français et belges concernant l’euthanasie.
 

 

« Nous sommes dans une civilisation mortifère, qui sous couvert d’humanisme, voire d’humanitarisme, veut éliminer les personnes dérangeantes, faibles ou malades, qui ne correspondent pas aux critères de l’individu libéral ». Le courant qu’il identifie derrière est la pensée utilitariste et eugéniste qui, par exemple, a conduit Peter Singer à parler de « non-personnes » pour parler des nouveau-nés. En 1965, le Prix Nobel de Biologie Jacques Monod avait déclaré « le monde moderne n’échappera pas à l’eugénisme ».
 

 

Revenant sur le cas de Vincent Lambert, Jean-François Mattei estime que les décisions entourant la fin de vie ne relèvent « que des médecins ou de la famille » et sûrement pas de l’Etat, ce « monstre froid ». Et il soulève les hypocrisies des discours. A commencer par le mot « fin de vie », pudiquement utilisé pour dissimuler la mort. Il fustige l’expression « droit à mourir dans la dignité » car « mourir dans la dignité n’a aucun sens ». Ceux qui emploient cette expression sont souvent des personnes en bonne santé, en pleine possession de leurs capacités et qui « projettent leur conception d’une vie digne sur des situations dont ils n’ont aucune idée »
<p> Le Figaro (Eugénie Bastié) 14/02/2014</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres