[Interview] Grégor Puppinck : des droits de l’homme aux droits transhumanistes

Publié le : 31 octobre 2014

Dans le cadre des Semaines sociales qui se tenaient sur le thème « L »homme et les technosciences, le défi« , Grégor Puppinck1 explique, dans une interview accordé au quotidien La Croix, la façon dont le transhumanisme influence désormais les droits de l »homme. 

 

Lors de la signature de la Convention européenne des droits de l’homme en 1950 (Conv.EDH), des « droits dans le but de protéger les capacités inhérentes à l’être humain, sa nature, ce qui distingue l’homme des animaux et manifeste sa dignité » ont été définis.

Aujourd’hui, les biotechnologies augmentent les capacités naturelles de l’homme et lui en donnent de nouvelles : « Un homme renouvelé émerge de l’évolution des techniques, et les droits de l’homme accompagnent cette évolution« . Après les droits humanistes puis personnalistes, des droits post-humanistes s’imposent désormais et « ouvrent la voie aux droits transhumanistes » explique G. Puppinck.

 

Ce post-humanisme se comprend comme « la domination des volontés individuelles sur la nature humaine« , avec comme effet, celui de « remplacer les droits de l’homme par les ‘droits des individus’ « , précise G. Puppinck qui ajoute que « même si la lettre des droits de l’homme n’a pas changé, leur interprétation individualiste a altéré, voire révolutionné, leur contenu« . Concrètement, c’est « le dépassement et la substitution de la nature humaine par les biotechnologies« . Il y a désormais un droit individuel à accéder à ces technologies « car elles permettent de s’affirmer davantage« . Ainsi, « en affirmant l’existence d’un ‘droit de mettre au monde un enfant qui ne soit pas affecté par la maladie’, la CEDH a intégré les techniques de dépistage génétique dans la définition de l’homme : l’eugénisme devient ainsi une composante de la nature humaine augmentée« . 

 

Finalement, et c’est une nouveauté, la CEDH « estime qu’un argument moral n’a plus de valeur en soi. Toute idée de l’homme serait relative. […] Une limitation légale portée à la volonté individuelle n’est plus acceptée si elle est fondée sur une conception de l’homme ou du bien : la Cour exige désormais des arguments scientifiques« . Ainsi en a-t-il été récemment lorsque, à propos d’une affaire d’adoption par un couple de femme, « elle avait rejeté l’argument moral du gouvernement qui souhaitait l’interdire, demandant des preuves scientifiques qu’il n’est jamais bon pour un enfant d’être élevé par un couple de même sexe« .  Par conséquent, il ne reste à la Cour européenne des droits de l’homme que « la science comme ‘vérité’ sur laquelle fonder son jugement. » Or, poursuit G. Puppinck, « ce scepticisme moral détruit les droits de l’homme en ce qu’ils résultent de choix moraux non scientifiques et contribue ainsi à les réduire au seul principe de liberté, qui implique aussi celui d’égalité. Et cette liberté, c’est la volonté individuelle indéfinie.« 

 

1. Grégor Puppinck est docteur en droit et directeur de l’European Centre for Law and Justice (ECLJ). 

<p>La Croix (Flore Thomasset) 31/10/2014</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres