Interview de Didier Sicard

Publié le 16 Nov, 2004

Didier Sicard, Président du Comité consultatif national d’éthique (CCNE), fait le point sur la commercialisation du corps à l’occasion des Journées annuelles d’éthique qui s’ouvrent aujourd’hui. Le passage du ”corps personne” au ”corps machine”, réparable à l’aide de pièces détachées, lui semble un mouvement de société irréversible qui conduira à la commercialisation du corps. La France fait figure d’exception. Elle revendique l’ indisponibilité du corps et son inviolabilité et limite les dons d’organes à des parents très proches. Cette exigence crée des tentations, comme celle de se faire transplanter un rein en Inde ou au Moyen-Orient avec les connotations mafieuses de ce genre de marché.Par ailleur, Didier Sicard pointe un paradoxe : par crainte du handicap ”on est très exigeant pour les grossesses naturelles alors que dans le cadre d’une situation de performance procréatique chez des femmes plutôt âgées on leur fait courir un grand risque d’avoir un enfant prématuré (…) porteurs de sévères handicaps neurologiques”.C’est une situation très française, les autres pays européens pratiquent moins d’AMP et médicalisent moins les grossesses naturelles.

Le Figaro (Catherine Petitnicolas) 16/11/04 – Le Quotidien du médecin 16/11/04

Partager cet article

Synthèses de presse

04_genome
/ Génome

Génome : découverte d’une nouvelle maladie génétique affectant le cerveau

Selon des chercheurs, le gène GRIA1 est à l’origine d’une maladie génétique provoquant un « développement anormal du cerveau » ...
Israël réforme l’accès à l’avortement
/ IVG-IMG

Israël réforme l’accès à l’avortement

En Israël, l’avortement est encadré par des procédures mises en place dans les années 70. Le Parlement a approuvé une ...
justice3
/ IVG-IMG

Avortement aux Etats-Unis : la bataille judiciaire est lancée

« Les lois qui sont maintenant en place ont été adoptées par le peuple », rappelle le procureur général de Louisiane ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres