Insémination post-mortem à Toulouse : le tribunal refuse

Publié le 13 Oct, 2016

Le tribunal administratif de Toulouse a rejeté la requête d’une française, qui réclamait au CHU de Toulouse la restitution, à des fins « de conservation », du sperme congelé de son mari, décédé en 2014 d’un cancer. Elle souhaitait conserver les échantillons de sperme pour pouvoir profiter, le moment venu, d’un éventuel changement de législation.

 

Dans le même temps, mercredi à Rennes, un tribunal administratif a accédé pour la première fois à la demande d’une veuve française d’exporter les gamètes de son mari, en vue d’une insémination post-mortem (cf. Insémination post-mortem : une française obtient l’exportation du sperme de son mari décédé).

Ouest France (14/10/2016)

Partager cet article

Synthèses de presse

Pologne : première étape vers la libéralisation de l’avortement
/ IVG-IMG

Pologne : première étape vers la libéralisation de l’avortement

Le 12 avril, les députés polonais ont voté contre les motions appelant à rejeter quatre propositions de loi visant à ...
Transition de genre chez les mineurs : un rapport appelle à la prudence
/ Genre

Transition de genre chez les mineurs : un rapport appelle à la prudence

Le 10 avril, la pédiatre anglaise Hilary Cass a publié un rapport sur les services de prise en charge des ...
Arizona : la loi qui interdit la quasi-totalité des avortements est applicable
/ IVG-IMG

Arizona : la loi qui interdit la quasi-totalité des avortements est applicable

Selon la Cour suprême de l’Arizona, la loi datant de 1864 et interdisant la quasi-totalité des avortements est applicable ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres