Insémination post-mortem à Toulouse : le tribunal refuse

Publié le : 14 octobre 2016

Le tribunal administratif de Toulouse a rejeté la requête d’une française, qui réclamait au CHU de Toulouse la restitution, à des fins « de conservation », du sperme congelé de son mari, décédé en 2014 d’un cancer. Elle souhaitait conserver les échantillons de sperme pour pouvoir profiter, le moment venu, d’un éventuel changement de législation.

 

Dans le même temps, mercredi à Rennes, un tribunal administratif a accédé pour la première fois à la demande d’une veuve française d’exporter les gamètes de son mari, en vue d’une insémination post-mortem (cf. Insémination post-mortem : une française obtient l’exportation du sperme de son mari décédé).

<p>Ouest France (14/10/2016)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres