Grande-Bretagne : une loi pour entériner des pratiques déjà courantes

Publié le 23 Oct, 2008

La Croix revient sur l’adoption par les députés britanniques – à 355 voix contre 129 – de la loi sur la fertilisation humaine et l’embryologie (cf. Synthèse de presse du 23/10/08). Cette loi autorise notamment les expériences sur les embryons hybrides hommes-animaux, la naissance de bébés médicaments et l’accès à la fécondation in vitro pour les femmes seules ou les couples de femmes homosexuelles.

La création d’embryons hybrides (issus de l’intégration d’ADN humain dans des ovules animaux) est soumise à autorisation, celle-ci étant délivrée par la la Haute autorité britannique sur la fertilisation et l’embryologie humaines (Human fertilisation and embryology authority – HFEA). Les embryons créés ne pourront pas être implantés et devront être détruits dans un délai maximum de 14 jours. Les chercheurs "apprentis sorciers" espèrent ainsi avancer dans la recherche sur des maladies génétiques comme Alzheimer ou Parkinson. Pour cela, ils veulent disposer d’embryons pour en extraire des cellules souches. Or, pour fabriquer un embryon, il faut des ovules ; lesquels ne sont pas disponibles en grande quantité. D’où l’idée de remplacer des ovules humains par des ovules animaux. Pour David King, de l’association Human Genetics Alert, "la probabilité d’un succès est faible".

En pratique, cette loi ne fait qu’entériner des pratiques déjà en place ; la HFEA ayant déjà autorisé la recherche sur les embryons hybrides il y un an (cf. Synthèse de presse du 06/09/07). 3 licences sur ces recherches ont déjà été délivrées ainsi que 18 licences sur les bébés médicaments. Processus que dénonce notamment Joséphine Quintervalle, de l’association Comment on reproductive ethics : "qu’est-ce qui est le plus important ? La HFEA ou le Parlement ? Nous assistons à un exercice d’approbation de ce qui se pratique depuis des années".

Cette loi confirme par ailleurs le rôle de "leader" que veut jouer la Grande-Bretagne dans ce domaine.

La Croix (Sébastien Martin) 24/10/08

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Autiste et suicidaire, un Belge de 26 ans demande l’euthanasie « surtout pour ses parents »
/ Fin de vie

Autiste et suicidaire, un Belge de 26 ans demande l’euthanasie « surtout pour ses parents »

Un jeune Belge, diagnostiqué haut potentiel et autiste, a effectué 7 tentatives de suicide. « Après en avoir discuté avec ...
istock-518234140
/ Genre

Genre : ménopausées à 20 ans à cause de la testostérone

Une étude révèle que les hommes transgenres souffrent de problèmes « post-ménopause », comme l'incontinence, dès l'âge de 20 ans ...
Kenya : vendre des données de santé en échange d’un rendez-vous médical
/ E-santé

Kenya : vendre des données de santé en échange d’un rendez-vous médical

Au Kenya, l’application Snark Health propose aux patients de vendre leurs données de santé pour ne pas avoir à payer directement leurs ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres