Grande-Bretagne : revoir les modalités de l’entretien pré-IVG

Publié le : 5 septembre 2011

En Grande-Bretagne, la députée du Mid-Bedfordshire, Nadine Dorries, s’apprête à déposer un amendement pour modifier les règles de l’accès à l’avortement en Grande-Bretagne.

Après avoir déposé en 2008 une proposition de loi, finalement rejetée mais qui avait été soutenue par plusieurs ministres importants de l’actuel gouvernement, pour abaisser le délai maximum pour l’interruption volontaire de grossesse (IVG) de 24 à 20 semaines, elle se concentre désormais à la prise en charge des entretiens pré-IVG.

Ceux-ci seraient en effet l’objet de conflits d’intérêts puisqu’ils sont menés par les cliniques dont les avortements contribuent au chiffre d’affaires. Elle propose donc que ce conseil soit externalisé vers des organismes indépendants et qu’un délai de réflexion pouvant aller jusqu’à 10 jours soit requis pour les femmes faisant une demande d’IVG. Nadine Dorries espère ainsi réduire de 30% le taux annuel d’avortements, soit passer de 200 000 à 140 000. La proposition est soutenue par le ministre de la Santé du gouvernement de David Cameron.

Le Figaro.fr 30/08/11 – Liberté Politique 02/09/11

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres