Focus sur la PMA

Publié le : 30 janvier 2013

 Bien que la PMA devait être évincée du débat sur le mariage pour tous, selon la volonté du gouvernement, celle-ci reste un des sujets les plus prisés avec la gestation pour autrui. Les chiffres de l’activité actuelle de la Procéation Médicalement Assistée sont donc publiés plus que jamais. L’Agence France Presse dresse un état des lieux.

En France, 22 000 enfants naissent chaque année d’une PMA. Soit, 2,7% de l’ensemble des naissances. En 2010 la PMA "a donné lieu à 22 401 naissances, pour 139 344 tentatives éffectuées", selon les derniers chiffres disponibles. 
L’Assistance médicale à la procréation, ou la Procréation Médicalement Assistée, "désigne tous les procédés permettant la fusion d’une ovule et d’un spermatozoïde par intervention médicale et non par relation sexuelle".  Ces procédés sont les suivants :
– L’insémination artificielle, méthode la plus ancienne, "consiste  à injecter des spermatozoïdes au moment de l’ovulation au niveau du col de l’utérus". La fécondation se fait alors in vivo. Et le sperme injecté peut-être congelé, issu d’un don de sperme.
-Les techniques de fécondation in vitro, qui existent depuis 1978, avec la naissance de Louise Brown, premier "bébé éprouvette". Il s’agit de recueillir des ovocytes par stimulation ovarienne, de les féconder avec des spermatozoïdes dans une éprouvette, de transférer certains embryons obtenus dans l’utérus de la femme et congeler les autres. 
Il faut distinguer les fécondations in vitro classiques ( spermatozïdes et ovocytes sont mis en contact dans une éprouvette), et les fécondations avec intra-cytoplasmic sperm injection  ( un spermatozoïde est directement injecté par manipulation dans chaque ovocyte fécondable).
l’Agence France Presse rappelle que la PMA est prise en charge à 100% par l’assurance maladie: Un maximum de six inséminations artificielles et de quatre fécondations in vitro "est pris en charge par la sécurité sociale avant le 43ème anniversaire de la femme ". L’Assurance Maladie considère en effet qu’il s’agit d’un traitement à l’infertilité. 
   
Cependant, Najat Vallaud Belkacem, s’interrogeait sur BFMTV lundi 28 janvier : "Va-t-il falloir trouver à la PMA un autre nom?". Car puisqu’elle confirme à Jean-Jacques Bourdin que l’ouverture de la PMA aux couples homosexuels sera étudiée fin mars, et que "nous ferons en sorte que le texte soit voté avant fin 2013", la PMA changera de finalité. Henri Guaino, député UMP le rappelle : "On a autorisé la PMA pour des raisons médicales [liées à l’infertilité médicalement diagnostiquée d’un couple : ndlr]. On est dans le champ du médical, nous allons la faire passer [en l’ouvrant aux couples homosexuels: ndlr] dans le champ du social, ça change tout!".
Najat Vallaud Belkacem souhaiterait "aller jusqu’au bout de la logique" en rendant la PMA "ouvert à tous, et pas seulement aux couples stériles". Il faudrait alors, précise-t-elle revoir le remboursement pas la sécurité sociale.

 AFP 28/01/13 - santé magazine 29/01/13- europe1.fr 28/01/13 - directmatin.fr 28/01/13

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres