Fin du moratoire sur la recherche sur l’embryon humain

Publié le 2 Fév, 2011

Le moratoire de février 2006 accordant les dérogations à l’interdiction de la recherche sur l’embryon et sur les cellules souches embryonnaires humaines pour une durée de 5 ans prendra fin le 6 février 2011. Aucune nouvelle autorisation ne pourra être délivrée tant que le nouveau dispositif législatif ne sera pas applicable. Emmanuelle Prada-Bordenave, directrice de l’Agence de la biomédecine chargée d’accorder les autorisations, précise néanmoins que "les recherches commencées vont se poursuivre légalement jusqu’au terme de leur autorisation, la loi l’a prévu. Il n’y a pas d’ambiguïté."

Jusqu’à maintenant, 58 protocoles de recherches ont été autorisés dont 47 portant sur les cellules souches embryonnaires humaines, 6 ont été refusés et 4 terminés.

Pour l’instant, le projet de loi préparé par le ministère de Roselyne Bachelot maintient le principe d’interdiction de recherche, ainsi que le régime d’autorisation à titre dérogatoire mais cette fois sans limitation de durée. Certains chercheurs, dont Marc Peschanski, demandent à passer à un régime d’autorisation légale. Pour Marina Cavazzano-Calvo, directrice du département de biothérapie à l’hôpital Necker, la recherche sur l’embryon humain ne doit pas être simplement dans un but "thérapeutique". "Elle va nous donner un outil indispensable de compréhension du corps humain", indique-t-elle.

L’examen du projet de loi par les députés en séance publique aura lieu le 8 février.

Romandie News (Véronique Martinache)  01/02/11 – Romandie News 01/02/11 – Le Quotidien du médecin (Stéphanie Hasendahl) 01/02/11 – Journal international de médecine 01/02/11

Partager cet article

Synthèses de presse

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...
heartache-1846050_960_720

Un protocole pour produire des valves cardiaques à partir de cellules iPS humaines

Des chercheurs ont développé un protocole « efficace » pour induire la différenciation de cellules iPS humaines en cellules valvulaires fonctionnelles ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres