Fin de vie : les Français ne plébiscitent pas l’euthanasie

Publié le 11 Mar, 2021

Une étude réalisée par l’Ifop menée auprès « d’un échantillon de 1 048 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus » interroge les Français sur les priorités relatives à la fin de vie. 55%[1] d’entre eux mettent en avant l’accompagnement[2], analyse Gautier Jardon, chargé d’études à l’Ifop. 38% indiquent vouloir être accompagnés par leurs proches. Environ la moitié indique comme priorité le fait de ne pas souffrir (48%) ou de ne pas subir un acharnement thérapeutique (46%). Seuls 24% réclament l’accès à l’euthanasie.

« La plupart des soignants savent, par expérience, que l’euthanasie est bien plus volontiers revendiquée pour autrui que demandée pour soi-même » affirme Tugdual Derville, porte-parole du collectif Soulager mais pas tuer, parrainé par Philippe Pozzo di Borgo. « La revendication de l’euthanasie pour soi, (…) c’est plutôt un avis de bien-portant », estime-t-il. « Nous avons d’ailleurs vu maints militants de l’euthanasie, le moment venu, s’inquiéter d’être pris au mot, et demander un accompagnement en soins palliatifs, pour mourir paisiblement de leur mort naturelle. »

Pour Tugdual Derville, « les promoteurs de l’euthanasie surfent sur la peur – compréhensible – que nous avons à la perspective de notre mort, mais aussi sur l’ignorance de ce que sont les soins palliatifs ». « Trop de Français imaginent encore qu’il faudrait choisir entre souffrir et mourir » déplore-t-il, appelant à « tout faire pour soulager – tant les douleurs physiques que les souffrances morales – sans pour autant lever l’interdit de tuer ». Un interdit qui « a deux avantages : pour la personne malade, il autorise toutes les plaintes, car elle sait que sa vie sera respectée ; pour ses soignants, il encourage tout ce qui favorise une fin de vie digne, en posant le cadre à l’intérieur duquel s’exercera leur compétence, leur créativité et leur solidarité ».

Source : Atlantico, avec Ifop, Tugdual Derville, Jérôme Fourquet, Gautier Jardon (10/03/2021) ; Photo : Pixabay\DR

[1] Plusieurs réponses étaient possibles

[2] Via au moins l’une des réponses suivantes : « Etre accompagné par ses proches », « Etre soulagé psychologiquement », « Etre aidé socialement » et « Etre soutenu spirituellement »

Partager cette article

Synthèses de presse

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

Editas Medicine mène un essai clinique sur des patients atteints d’amaurose congénitale de Leber, dans l’espoir de leur rendre la ...
Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Le petit Keyo Blue, atteint de trisomie 18, a vécu pendant 10 heures après une interruption médicale de grossesse ...
Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Dans le cadre d'un essai clinique Jérémy Hage a a reçu cœur artificiel, retiré au profit d'un greffon naturel au ...