Fabrication d’enfant post-mortem : en Israël, la Cour d’appel dit non

Publié le 6 Fév, 2017

En Israël, un tribunal avait accordé à un couple l’autorisation d’utiliser le sperme, prélevé après la mort, de leur fils décédé dans un accident de voitureen vue de procéder à une FIV avec utilisation d’une mère porteuse, pour donner une descendance à leur fils (cf. Autorisation d’un prélèvement de sperme posthume en Israël). L’Etat Israélien s’était pourvu en appel contre cette décision au motif que tout enfant né de ce procédé serait soumis à être un « orphelin planifié ».

 

Entre temps, la Cour suprême d’Israël a jugé d’un cas semblable dans lequel des parents voulaient utiliser, contre l’avis de l’épouse de leur fils décédé, le sperme de ce dernier, prélevé avant la mort. L’État a invoqué cette décision pour renverser la décision précédente du tribunal, la Cour d’appel jugeant que les grands-parents n’ont aucun droit sur les futurs enfants à naître.

 

Les grands parents se préparent à en appeler à la Cour suprême.

Bionews (06/02/2017)

Partager cet article

Synthèses de presse

istock-518234140
/ Genre

Suède : le changement de sexe à l’état civil autorisé dès 16 ans

En Suède, le Parlement a adopté ce mercredi un texte qui abaisse de 18 à 16 ans l'âge minimum pour ...
Don d’organes : la personnalité du receveur influencée par le donneur ?
/ Don d'organes

Don d’organes : la personnalité du receveur influencée par le donneur ?

Selon une étude publiée dans la revue Transplantology, les organes du donneur influencent la personnalité du receveur ...
10_pma_donneur_anonyme
/ PMA-GPA

Chine : l’enfant né par PMA post-mortem ne peut pas hériter

En Chine, un tribunal a rejeté la demande d’une femme qui souhaitait que son fils, né par PMA post-mortem avec ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres