Euthanasie : vers une loi très permissive dans la capitale australienne ?

7 Fév, 2023

Le gouvernement du Territoire de la capitale australienne a ouvert « une consultation publique sur les lois relatives à l’aide volontaire à mourir ». Cette initiative intervient après que le Parlement fédéral a annulé l’an dernier une disposition interdisant les territoires australiens de débattre du sujet (cf. Australie : les Territoires autorisés à légiférer sur l’euthanasie).

Actuellement aucun projet de loi n’est soumis à l’Assemblée législative, mais l’exécutif assure que l’euthanasie sera prochainement autorisée dans le territoire. Un projet doit être soumis au cours du second semestre 2023.

Dans cette perspective, Tara Cheyne, ministre des droits de l’homme du Territoire de la capitale australienne, indique avoir examiné les lois déjà adoptées par six Etats australiens (cf. Australie : la Nouvelle-Galles du Sud légalise l’euthanasie). Selon elle, l’une des « complications constatées » est « la réticence de certains médecins à proposer un délai dans le cadre de leur pronostic ». En effet, dans la plupart des Etats, la loi requiert que deux médecins certifient que le patient souffre d’une « maladie incurable, avancée et progressive qui doit entraîner la mort dans les six mois ». Dès lors, elle propose que la future loi de la capitale australienne mentionne simplement que la personne « souffre et que sa mort est “raisonnable et prévue” ».

La ministre envisage par ailleurs d’autoriser les infirmiers à « évaluer les patients » et à leur administrer la substance létale. En outre, elle a expliqué s’attendre à ce que l’âge soit un « élément clé » de la consultation. Selon Tara Cheyne, « à mesure que les enfants vieillissent, et en particulier à la fin de leur adolescence, ils acquièrent de la maturité », n’écartant pas de les inclure dans le futur texte.

 

Sources : ABC, Tahlia Roy (07/02/2023) ; Adam Shirley (06/02/2023)

DERNIERES ACTUALITES
Suicide assisté : deux médecins allemands condamnés

Suicide assisté : deux médecins allemands condamnés

Le 8 avril dernier, un médecin allemand de 74 ans, Christoph Turowski, a été condamné à trois ans de prison pour homicide volontaire après avoir aidé une femme de 37 ans atteinte de « graves troubles psychiques » à mettre fin à ses jours. En février dernier, Johann...

Partager cet article

Toute l’actualité bioéthique
chez vous, gratuitement

Cochez vos choix :

En validant ce formulaire, j’accepte de recevoir les informations du site Gènéthique par email et accepte la politique de confidentialité