Euthanasie : « nouvelle salve » prévue à l’Assemblée

Publié le 16 Mar, 2021

Tel un « coup de bélier pour faire céder les dernières résistances », cinq textes visant à légaliser l’euthanasie ont été déposés par des parlementaires. La discussion des sénateurs sur le premier, déposé par Marie-Pierre de la Gontrie, n’a pas abouti la semaine dernière. Deux autres « n’iront sans doute pas loin » : la proposition de loi de Caroline Fiat (LFI), et celle de Marine Brenier (LR). Mais un texte déposé par Jean-Louis Touraine (LREM) a été co-signé par 164 députés de la majorité présidentielle. Et La proposition d’Olivier Falorni (libertés et territoires), sera discutée le 8 avril à l’Assemblée nationale, après avoir reçu « des soutiens de poids ».

Dimanche, la présidente de la commission des lois, Yaël Braun-Pivet a fait savoir qu’elle voterait pour le texte d’Olivier Falorni, une position qui « risque donc d’être prise comme un permis de participer à l’offensive ». Car le gouvernement « freine des quatre fers ». Toutefois même s’il a indiqué être défavorable à l’euthanasie, il « semble plus embarrassé sur le moment choisi que sur le fond ». Le délégué général LREM, Stanislas Guerini, a pour sa part proposé la mise en place d’une « convention citoyenne pour créer des conditions de consensus et que chacun puisse prendre ses responsabilités ». Une proposition qui est mal passée.

Pour le docteur Claire Fourcade, présidente de la société française d’accompagnement et de soins palliatifs (SFAP), « il y a quelque chose de schizophrène dans cette démarche alors que l’on vient de passer toute une année à sauver des gens, même très âgés ou très fragiles. Nous avons sacrifié beaucoup pour ces patients et c’est à l’honneur de notre société. Il me semble donc particulier de venir questionner la valeur de ces vies et leur utilité aujourd’hui », déclare-t-elle. Autoriser l’euthanasie provoquerait un « bouleversement majeur dans la relation de soin » rappelle-t-elle. « Mourir de manière acceptable, c’est un souhait partagé par tous, poursuit-elle. On peut y répondre de deux manières : en améliorant l’accompagnement et le soulagement de la douleur ou en répondant que vous avez raison de vouloir mourir. Ce ne serait pas un pas de plus dans la loi mais un tout autre chemin ».

Source : Le Figaro, Agnès Leclair, Guillaume Tabard, Mathilde Siraud (14/03/2021)

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Irlande du Nord : les directives sur le genre supprimées pour les écoles primaires
/ Genre

Irlande du Nord : les directives sur le genre supprimées pour les écoles primaires

Les directives qui indiquaient que « les enfants peuvent prendre conscience qu'ils sont transgenres » « entre trois et cinq ...
justice
/ Genre

Japon : une femme transgenre reconnue père d’un enfant

La Cour suprême du Japon a reconnu qu’une femme transgenre était le père d’une petite fille conçue grâce à son ...
Angleterre : des données de santé divulguées sur le darknet
/ E-santé

Angleterre : des données de santé divulguées sur le darknet

Après la cyberattaque qui a touché des hôpitaux londoniens, des informations médicales sensibles ont été publiées sur le darknet entre ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres