Europe : financement de la recherche sur les cellules souches embryonnaires

Publié le : 13 novembre 2003

Le Parlement européen avait entériné la possibilité pour l’Union Européenne de financer, dans les pays où cela était autorisé, les recherches utilisant des cellules souches embryonnaires.

 

Devant le désaccord de certains Etats-membres, le Conseil de l’Union Européenne est parvenu à un compromis : un moratoire d’environ un an interdisant le financement de ces recherches. Ce moratoire prendra fin le 31 décembre 2003.

Mardi 4 novembre, la Commission de l’Industrie a adopté le rapport Liese pour le financement de la recherche sur les cellules souches embryonnaires au sein de l’Union européenne par 28 voix contre 22 et 2 abstentions.

Le 18 novembre 2003 prochain, le Parlement Européen réuni en séance plénière, votera son avis sur le financement des projets de recherche impliquant la destruction des embryons humains dans le cadre du 6e programme cadre de recherche – 6PCRD- (17.5 Milliards d’euros).

Deux alternatives sont proposées :

La commission parlementaire de l’industrie (ITRE) propose le financement de la recherche sur les embryons humains par l’ensemble des Etats Membres de l’Union Européenne où elle n’est pas illégale ou anticonstitutionnelle.

Le député Guiseppe GARGANI, président de la commission juridique (JURI), déposera à nouveau les amendements de sa Commission : « Les projets de recherche qui nécessitent l’utilisation ou le prélèvement de cellules souches d’embryons humains ne bénéficient d’aucun financement communautaire. »

 

Lire en ligne
Le Rapport Liese

<p>Gènéthique 13/11/03</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres