Etats-Unis : elle vend ses ovocytes pour rembourser son prêt

Publié le 23 Mai, 2022

Kassandra Jones, une new-yorkaise de 28 ans, a contracté un prêt étudiant de 167 000 dollars. Face à une telle dette, l’étudiante a décidé de vendre ses ovocytes. Cinq séries de « don » qui lui ont rapporté près de 50 000 dollars.

Cumulant déjà trois emplois, « j’ai vu cela comme l’un des seuls moyens d’avoir un peu d’argent », explique la jeune femme. Une amie la convainc en lui expliquant « qu’elle avait gagné quatre mois de salaire en quelques semaines ».

Kassandra fait les premiers prélèvements à l’âge de 23 ans. En Californie pour 8  000 dollars pour les premiers, à New-York pour 10 000 dollars ensuite. Les ovocytes peuvent rapporter « entre 5 000 et 10 000 dollars » à une donneuse. Pour se les procurer, l’acheteur devra quant à lui débourser « de 10 000 à plus de 40 000 dollars ».

Un parcours douloureux et des séquelles

Kassandra Jones a dû apprendre à se faire elle-même des injections d’hormones. Un processus « laborieux » selon la jeune femme. « Certaines études ont montré un risque accru de développer un cancer du sein chez les jeunes donneuses qui subissent une stimulation ovarienne. »

La première fois qu’elle a fait un « don », elle s’est réveillée avec une « douleur assez atroce ». « Il y avait une tonne de pression et de gonflement dans mon bas-ventre, des douleurs dues à des crampes qui rendaient difficile le fait de marcher, de se lever, de s’asseoir ou de rire », témoigne-t-elle.

Après les deux premiers prélèvements, les effets secondaires sont devenus « plus durables ». « J’avais l’impression que mon corps n’était pas capable de se rétablir de la même manière », explique Kassandra. Et maintenant elle affirme « lutter » contre des troubles du sommeil, des troubles digestifs, de l’humeur, et un dérèglement de la perte et la prise de poids.

 

Source : New York Post, Brooke Kato, (10/05/2022)

Partager cet article

Synthèses de presse

Transidentité : « au détriment de la liberté d'expression, c'est la liberté de suppression qui prévaut »
/ Genre

Transidentité : « au détriment de la liberté d’expression, c’est la liberté de suppression qui prévaut »

281 personnalités dénoncent les propos tenus lors d’une « formation aux transidentités » dans une université française ce mois-ci ...
CRISPR : des porcs génétiquement modifiés bientôt sur le marché ?
/ Génome

CRISPR : des porcs génétiquement modifiés bientôt sur le marché ?

La société Genus a modifié génétiquement des porcs via CRISPR pour qu’ils puissent résister au syndrome dysgénésique et respiratoire porcin ...
Diabète : des scores de risque polygénique pour en prédire l’évolution
/ Génome

Diabète : des scores de risque polygénique pour en prédire l’évolution

Dans une étude publiée dans Nature, des chercheurs ont localisé 1289 marqueurs génétiques associés au diabète de type 2, dont ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres