Espagne : 7 euthanasies, 23 transplantations

Publié le 24 Jan, 2022

En Espagne, sept personnes qui ont eu recours à « l’aide à mourir » ont donné leurs organes (cf. Euthanasie : l’Espagne dresse le bilan des six premiers mois). 23 greffes ont été réalisées à partir d’eux, a indiqué Beatriz Domínguez-Gil, directrice générale de l’Organisation nationale des transplantations (ONT), à l’occasion de la présentation du bilan annuel de l’activité de don et de transplantation pour 2021.

Selon Le Dr Domínguez-Gil, « il s’agit d’un processus “complexe”, qui implique un “effort énorme” de la part des coordinateurs de transplantation concernés pour s’adapter “parfaitement” aux besoins de ces patients et à leurs souhaits ».

Un protocole qui prend les devants

La directrice de l’ONT a indiqué que l’organisme avait « pressenti » que certains patients demandant l’euthanasie « pourraient demander à être donneurs d’organes après leur mort ». « C’est pourquoi, avant la création du protocole d’État, qui sera publié au cours du premier trimestre de l’année, l’organisation a donné quelques recommandations générales aux coordinateurs de transplantation et s’est ensuite attelée à l’élaboration de ce document national visant à harmoniser les pratiques et à normaliser le don d’organes de patients euthanasiés dans tout le pays, auquel participent également des experts du département de bioéthique de l’ONT », explique-t-elle (cf. Le don d’organes après l’euthanasie).

« Bien que ce protocole n’ait pas été officialisé, l’Espagne ayant la capacité technique de procéder à ces dons provenant de personnes ayant demandé l’euthanasie, il a finalement été possible de les réaliser », a déclaré Beatriz Domínguez-Gil. « Les directives que nous avons données à nos coordinateurs sont très claires et nous gérons chaque cas avec délicatesse », se défend-elle.

Des décisions « indépendantes »

Lorsqu’un patient « est intéressé par le don d’organes », il est informé qu’il ne peut pas mourir chez lui, mais « doit mourir à l’hôpital ». « Il doit savoir qu’il doit adapter son scénario de fin de vie s’il veut être donneur », explique le Dr Domínguez-Gil, certifiant que le patient « peut changer d’avis à tout moment ». Et la famille du patient et ses proches doivent être informés du processus, pointe-t-elle.

Le médecin assure que le protocole est « très clair » : « la décision de faire un don et celle de recourir une aide à mourir sont “indépendantes” », affirme-t-elle, arguant que « les professionnels impliqués sont totalement indépendants ».

 

Source : Redacción Médica, Olalla Batres (21/01/2022)

Partager cet article

Synthèses de presse

Transidentité : « au détriment de la liberté d'expression, c'est la liberté de suppression qui prévaut »
/ Genre

Transidentité : « au détriment de la liberté d’expression, c’est la liberté de suppression qui prévaut »

281 personnalités dénoncent les propos tenus lors d’une « formation aux transidentités » dans une université française ce mois-ci ...
CRISPR : des porcs génétiquement modifiés bientôt sur le marché ?
/ Génome

CRISPR : des porcs génétiquement modifiés bientôt sur le marché ?

La société Genus a modifié génétiquement des porcs via CRISPR pour qu’ils puissent résister au syndrome dysgénésique et respiratoire porcin ...
Diabète : des scores de risque polygénique pour en prédire l’évolution
/ Génome

Diabète : des scores de risque polygénique pour en prédire l’évolution

Dans une étude publiée dans Nature, des chercheurs ont localisé 1289 marqueurs génétiques associés au diabète de type 2, dont ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres