En Inde, des listes d’attente incluant les étrangers pour lutter contre le tourisme de transplantation

Publié le : 23 novembre 2018

Le ministère de la santé indien a rendu obligatoire l’inscription sur les listes d’attente des non-Indiens en attente d’une greffe d’organe en Inde. Il semblerait qu’actuellement des établissements privés transplantent en priorité les patients venant de l’étranger.

 

Chaque centre de greffe devra désormais déclarer ses activités aux ROTTOs, Regional Organ and Tissue Transplant Organisations, et la liste des ressortissants étrangers en attente d’organes devra être communiquée à l’avance à la NOTTO, National Organ and Tissue Transplant Organisation.

 

De plus, un organe ne pourra être greffé à un étranger « que s’il n’y a pas de receveur indien disponible (…) à ce moment-là », et parmi les étrangers, ceux d’origine indienne seront prioritaires.

 

Un réseau national se met peu à peu en place entre les hôpitaux, les États, les ROTTOs et le NOTTO, grâce à un système en ligne et un registre national, visant à garantir une distribution plus transparente des organes et tissus.

 

Pour aller plus loin :

Les trafics d’organes ne cesseront pas sans l’aide des médecins

10 % des greffes mondiales sont issues du commerce d’organes

Lutte contre le trafic d’organes et le tourisme de transplantation : des propositions concrètes

<p>The Week (22/11/2018)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres