En fin de vie, maintenir une capacité relationnelle ou anesthésier ?

Publié le 14 Juin, 2016

Danielle Moyse[1] réagit aux courriers de lecteurs reçus à la suite de son article du 8 mars : Faut-il « mourir sans rencontrer la mort » ?, à propos de la sédation profonde et continue désormais autorisée par la loi Claeys Leonetti.

« Cette tendance à l’anesthésie des mourants a privé la mère d’une lectrice de tout lien ultime, et lui a imposé une mort sans rapport réel avec le rythme de sa vie finissante ». Ne lui a-t-on pas « volé sa mort » ?

 

A l’instar de cet exemple, Danielle Moyse plaide pour le « maintien de la capacité de présence » comme « soin éminent ». Et regrette qu’il ne soit pas « perçu comme une action digne de ce nom par tous les médecins ». Si « les médecins ont bien été formés à soigner pour guérir, ont-ils vraiment appris à soigner pour soigner ? (…) Ne sont-ils pas, comme tous les hommes du XXIème siècle, ficelés par l’exigence d’efficacité » voire par celle du « rendement » ?

 

« Que faire quand on ne peut plus rien faire ? », telle est la question qui se pose au médecin lorsqu’au cours de l’évolution d’une maladie, quand tous les traitements se révèlent inefficaces. Or les médecins n’ont pas été vraiment préparés à cette situation, qui nécessite un « retournement complet » de ce que nous entendons par « action » : « lorsque la guérison ne peut plus être un objectif, il y a plus à faire que jamais : maintenir une capacité relationnelle par delà les mots, accompagner des familles éprouvées, les aider à donner un sens à ce qui paraît ne pas en avoir, quand bien même cela ne peut être mis au compte des réussites thérapeutiques ».

 

[1] Danielle Moyse est chercheuse associée à l’Iris, au CNRS, à l’Inserm et à l’EHESS et expert Gènéthique.

La Croix (14/06/2016)

Partager cet article

Synthèses de presse

Angleterre et Pays de Galles : près de la moitié de la population "transgenre" a entre 16 et 34 ans
/ Genre

Angleterre et Pays de Galles : près de la moitié de la population “transgenre” a entre 16 et 34 ans

En Angleterre et au Pays de Galles, 47% des personnes interrogées qui se sont revendiquées comme « transgenres » avaient ...
Ecosse : une "femme transgenre" n’ira pas dans une prison pour femmes
/ Genre

Ecosse : une “femme transgenre” n’ira pas dans une prison pour femmes

Condamnée pour le viol de deux femmes en 2016 et 2019, Isla Bryson, une femme transgenre, devra purger sa peine ...
artificial-intelligence-2167835_1920
/ E-santé, Transhumanisme

ChatGPT : « Toutes les frayeurs de remplacement de l’homme par la machine ressurgissent »

Le succès de ChatGPT relance le débat sur les dangers de l’intelligence artificielle. Une « réflexion prospective » doit être menée ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres