En Argentine, un gynécologue obstétricien jugé coupable de non-avortement

Publié le 24 Mai, 2019

En mai 2017, le Dr Leandro Rodrígues Lasta, gynécologue obstétricien, chef de service en gynécologie a reçu en consultation une jeune femme de 19 ans « qui souffrait de douleurs intenses après avoir pris du misoprostol », la première des deux pilules d’un avortement médicamenteux. La jeune femme étant enceinte de 23 semaines et son bébé pesant déjà plus de 510 grammes, le professeur a préféré stabiliser l’état de la patiente, pour la faire accoucher par déclenchement à 35 semaines. L’enfant, qui a été adopté, vient d’avoir deux ans.

 

Le juge Álvaro Meynet accuse le gynécologue d’avoir mis en place une « tactique de retardement » en ne pratiquant pas cet avortement. Il ajoute que, n’étant pas inscrit au registre des médecins objecteurs de conscience, le professeur avait l’obligation légale de pratiquer cet avortement. En Argentine, l’avortement est légal en cas de viol – le cas de cette mère – ou quand la vie ou la santé de la mère est en danger.

 

De nombreux cortèges et veillées ont été organisés en soutien au Dr Leandro Rodrígues Lasta, qui a annoncé qu’il allait faire appel de la décision.

Aleteia, Zelda Caldwell (23/05/2019) –  Argentine OB-GYN found guilty for refusing to perform abortion

 

Partager cet article

Synthèses de presse

Espagne : la Cour constitutionnelle autorise l’adoption d’un enfant né par GPA
/ PMA-GPA

Espagne : la Cour constitutionnelle autorise l’adoption d’un enfant né par GPA

Le 27 février, la Cour constitutionnelle espagnole a autorisé une femme à adopter l’enfant biologique de son conjoint né par ...
Royaume-Uni : le Parlement britannique mise sur les soins palliatifs
/ Fin de vie

Royaume-Uni : le Parlement britannique mise sur les soins palliatifs

Le Parlement britannique a remis un rapport sur la « mort assistée », sans formuler de « recommandations spectaculaires » ...
Transidentité : « au détriment de la liberté d'expression, c'est la liberté de suppression qui prévaut »
/ Genre

Transidentité : « au détriment de la liberté d’expression, c’est la liberté de suppression qui prévaut »

281 personnalités dénoncent les propos tenus lors d’une « formation aux transidentités » dans une université française ce mois-ci ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres